Le débat entourant l’interdiction d’implanter de nouveaux lieux de culte sur l’avenue Bernard, sujet de l’heure en 2016 à Outremont, a peu ébranlé la mairesse de l’arrondissement, Marie Cinq-Mars.

«Je sors de là très sereine. Je suis très, très fière que ce soit les citoyens qui aient eu le dernier mot», témoigne la politicienne lors d’une entrevue bilan de la dernière année avec TC Media.

Plusieurs personnes ont tenté de la dissuader de retirer le projet de règlement en voyant le nombre de signatures au registre qui pouvait présager une défaite.

«Moi, j’ai dit au contraire; je ne suis pas une lâcheuse, raconte la mairesse. On va aller de l’avant et on va laisser les citoyens choisir. Pour moi, c’était très important».

Mme Cinq-Mars explique avoir porté ce projet de règlement parce qu’elle souhaite que les avenues Bernard et Laurier conservent une trame continue de commerces.

Les relations avec la communauté hassidique demeurent toutefois un sujet délicat pour la mairesse d’Outremont.

«C’est une cohabitation qui n’est pas facile pour toutes sortes de raisons. Il faut une ouverture de part et d’autre. Jusqu’ici dans la population, je ne vois pas beaucoup une ouverture de part et d’autre», soutient-elle.

Réouverture de l’aréna

Malgré quelques mois de retards dans les travaux, la réouverture de l’aréna d’Outremont en décembre a été la grande réussite de l’année 2016, estime Mme Cinq-Mars.

La patinoire du centre communautaire intergénérationnel a été mise aux normes au coût de 9M$. Le chantier, qui a duré plus d’un an, visait à remplacer le système de réfrigération au fréon.

«On a maintenant un système qui est propre. Je suis très satisfaite de la façon dont ça s’est fait. Il n’y a pas eu d’accros», affirme la politicienne.

Le projet de la Maison internationale des arts de la marionnette demeure aussi une fierté à ses yeux. La Ville de Montréal a octroyé une subvention de 1 M$ pour le réaménagement du bâtiment du 30-32 avenue Saint-Just, dont les travaux ont commencé à l’automne.

Centralisation

Mme Cinq-Mars se montre aussi satisfaite du maintien de la qualité des services malgré la décision de la ville-centre de couper 4 M$ de transferts à Outremont d’ici 2024.

Elle reste toutefois inquiète de la centralisation de services vers la Ville de Montréal. La mairesse craint que le pouvoir décisionnel s’éloigne des citoyens.

«Les petites villes au Québec ont droit à ce côté humain. Pourquoi, nous les petits quartiers de Montréal, on n’aurait pas le droit de conserver ça? Si on continue à centraliser à outrance, les services seront moins bons», croit Mme Cinq-Mars.

La mairesse précise que les relations avec le maire Denis Coderre sont bonnes même si les deux ne partagent pas la même vision.

 

Aussi dans Actualités :

Nous utilisons maintenant la plateforme de commentaires Facebook Comments sur notre site web. Grâce à celle-ci, vous pourrez laisser vos commentaires par l’entremise de votre compte Facebook directement sous les articles sur notre site web. Pour ceux qui ne sont pas membres du réseau social, nous vous invitons à faire vos commentaires via l’adresse courriel opinions@journalmetro.com. Merci de nous lire!