TC Media - Frédéric Lacroix-Couture Le parc nommé en l'honneur de la première canadienne-française à devenir médecin au pays.

Seulement huit noms de femmes sur 104 désignent une rue ou un parc à Outremont.Les toponymes féminins sont encore rares dans l’arrondissement malgré le rattrapage des dernières années.

Selon les données publiées sur le site Web de la Ville de Montréal et compilées par TC Media à l’occasion de la Journée internationale de la femme le 8 mars, Outremont se classe tout de même en septième position sur les 19 arrondissements avec 7,7% de noms de femmes dans sa toponymie.

Saint-Léonard et Lachine occuppent le bas du classement où il y a moins de 4% de noms de femmes.

C’est à Montréal-Nord qu’on affiche la pire performance  avec seulement cinq noms de femmes enregistrés au répertoire des 226 toponymes du quartier.

En haut du palmarès, Le Plateau-Mont-Royal, Rosemont-La Petite-Patrie et Rivière-des-Prairies-Pointe-aux-Trembles (RDP-PAT) affichent une proportion de plus de 10%.

Rattrapage

À la tête de l’arrondissement depuis 2007, la mairesse d’Outremont, Marie Cinq-Mars, a désigné quatre endroits en l’honneur de femmes en dix ans.

«La première chose que j’ai faite en arrivant ce fut de nommer un petit parc derrière le centre communautaire au nom d’Irma Levasseur, qui a été la première femme médecin au Canada», mentionne-t-elle.

La dernière nomination féminine remonte à 2013 avec l’aménagement d’une petite place en l’honneur de l’auteure-compositrice Kate McGarrigle, la mère du célèbre chanteur Rufus Wainwright. Décédée en janvier 2010, McGarrigle habitait tout près de l’avenue Querbes.

Mme Cinq-Mars reconnaît qu’il y a encore beaucoup de rattrapage à faire. La mairesse espère que le prochain conseil d’arrondissement profitera du nouveau campus de l’Université de Montréal pour baptiser avec des noms féminins quelques-uns des nouveaux espaces verts ou nouvelles rues qui y seront aménagés.

«C’est plus facile de nommer un parc ou un endroit public quand il n’y pas de noms», soutient-elle, se rappelant le changement de nom controversé du parc Vimy pour Jacques-Parizeau, en hommage à l’ancien premier ministre du Québec.

L’arrondissement travaille avec la Société d’histoire d’Outremont pour le choix d’un nom d’une place publique, d’un édifice ou d’une rue.

Les données compilées par TC Media ont été tirées du répertoire historique des toponymes de la Ville de Montréal.

En collaboration avec Leslie Meuraillon et Nicolas Ledain

Toponymie féminine à Outremont (rues et espaces verts)

Parc Irma-Levasseur

Place Marcelle-Ferron

Place Kate-McGarrigle

Place Délia-Tétreault

Avenue Antonine-Maillet

Avenue Stuart (pour Suzanne Lauretta Stuart)

Chemin Bates (en souvenir de Mary Florence Bates)

Chemin de la Côte-Sainte-Catherine

Le classement de la représentation féminine dans la toponymie des arrondissements

Rivière-des-Prairies-Pointe-aux-Trembles: 79 femmes sur 651 noms –  12%

Rosemont—La Petite-Patrie : 32 femmes sur 268 noms – 11,9%

Mercier-Hochelaga-Maisonneuve: 39 femmes sur 390 noms – 10%

Le Plateau-Mont-Royal: 24 femmes sur 220 noms – 10,9%

Ville-Marie: 47 femmes sur 471 noms – 10%

Le Sud-Ouest : 30 femmes sur 343 noms – 8,7%

Outremont: 8 femmes sur 104 noms – 7,7%

LaSalle: 26 femmes sur 352 noms – 7,4%

Côte-des-Neiges-Notre-Dame-de-Grâce: 17 femmes sur 300 noms – 5,7%

Ahuntsic-Cartierville: 26 femmes sur 460 noms – 5,65%

St-Laurent: 27 femmes sur 483 noms – 5,6%

Anjou: 12 femmes sur 238 noms – 5%

Pierrefonds-Roxboro: 31 femmes sur 643 noms – 4,8%

Verdun: 10 femmes sur 210 noms – 4,8%

Villeray-Saint-Michel-Parc-Extension: 11 femmes sur 245 noms – 4,5%

L’Île-Bizard—Sainte-Geneviève: 11 femmes sur 268 noms – 4,1%

Lachine: 7 femmes sur 208 noms – 3,4%

Saint-Léonard: 13 femmes sur 392 noms – 3,3%

Montréal-Nord: 5 femmes sur 226 noms – 2,2%

Une toponymie féminine bien large

Sur le site Internet du répertoire de la toponymie montréalaise, certains noms sont recensés comme des références féminines malgré des liens parfois ténus.

Ainsi, la rue Notre-Dame, qui fait référence à la Très Sainte Vierge, figure dans ce registre. Toujours dans le domaine divin, la rue Athéna est aussi répertoriée pour l’arrondissement de Pierrefonds-Roxboro. Clin d’œil à la communauté grecque, cette voie évoque la fille de Zeus et déesse de la pensée, des arts, des sciences et de l’industrie.

Dans d’autres arrondissements, certaines femmes ne figurent dans cette base de données que grâce aux liens qu’elles entretenaient avec des hommes. Dans LaSalle par exemple, les rues Anita, Ghislaine et Dora ont été baptisées avec les prénoms des épouses du conseiller Normand Bourdeau, du directeur adjoint de la police Maurice Giguère et du Dr Lionel Boyer, maire de 1963 à 1971. Même constat dans Mercier-Hochelaga-Maisonneuve où la rue McVey rend hommage à Susan McVey, épouse du premier maire du village de la Longue-Pointe, Edward Quinn. Enfin, la rue Angers dans Pierrefonds-Roxboro porte le prénom abrégé d’Angéline Labrosse, épouse de Léo Lauzon, propriétaire de la terre sur laquelle cette voie est ouverte.

Aussi dans Actualités :

Nous utilisons maintenant la plateforme de commentaires Facebook Comments sur notre site web. Grâce à celle-ci, vous pourrez laisser vos commentaires par l’entremise de votre compte Facebook directement sous les articles sur notre site web. Pour ceux qui ne sont pas membres du réseau social, nous vous invitons à faire vos commentaires via l’adresse courriel opinions@journalmetro.com. Merci de nous lire!