Archives TC Media Ce pavillon des ventes, au cœur d'un litige entre l'arrondissement de RDP-PAT et un promoteur immobilier, devra être retiré avant le 10 mai 2017.

Après avoir menacé de poursuivre un promoteur immobilier devant les tribunaux, l’arrondissement de RDP-PAT vient de conclure un accord avec ce dernier afin de retirer un bureau des ventes situé sur un terrain municipal. Un parc y sera érigé d’ici l’été prochain.

Cette entente, conclue quelques jours avant la fin de l’ultimatum d’un mois fixé par l’arrondissement le 1er novembre dernier, concerne un pavillon du Faubourg Pointe-aux-Prairies, un important projet immobilier réalisé par l’entreprise Les Constructions fédérales inc.

«Nous avons posé certains gestes concrets pour régulariser cette situation extrêmement dérangeante pour l’ensemble des citoyens», a indiqué la mairesse Chantal Rouleau lors de la séance extraordinaire du conseil d’arrondissement le 24 novembre.

Installé depuis 2005 pour promouvoir ce vaste projet, ce bureau des ventes, situé à quelques pas du parc-nature de la Pointe-aux-Prairies, au bord du boulevard Gouin, était menacé d’expulsion par l’administration à la suite notamment de plusieurs plaintes de citoyens. Ces derniers affirmaient qu’un parc leur avait été promis lors de l’achat de leur propriété.

Pour l’arrondissement et la Ville, qui avait acheté ce terrain en 2006, ce bâtiment occupait «illégalement» l’espace public, «sans acquitter quelque contribution publique que ce soit».

Tolérance jusqu’au 10 mai 2017
Selon les termes de cette entente réalisée par le procureur de la Ville et signée par l’arrondissement le 24 novembre, la présence et l’exploitation de ce pavillon sont tolérées jusqu’au 30 avril 2017. Dix jours sont également accordés pour remettre le terrain en état.

Après la date du 10 mai 2017, «aucune prolongation […] ne sera accordée», peut-on lire.

Dans le cadre de cet accord, la compagnie, qui doit encore le ratifier, s’engage également à payer des frais d’occupation du domaine public dès le 1er janvier 2017, tel que prévu par la règlementation municipale.

«S’il ne s’acquitte pas de sa facture, aussitôt des mesures seront prises pour démolir le dit bâtiment», assure Chantal Rouleau. Ces frais de démolition, précise l’administration, seraient alors à la charge de Constructions fédérales inc.

«Les deux parties devraient être satisfaites»
Alors qu’il affirmait début novembre vouloir «se défendre» et «valoir nos droits en cour», évoquant une entente signée en 2005 avec Cosmo Maciocia, l’ancien maire de RDP-PAT-Montréal-Est, le promoteur de ce projet réagit sobrement.

«S’il y a une entente amiable, j’image que les deux parties sont en accord. Elles devraient être satisfaites», suggère Rhéal Dallaire, joint par TC Media, sans préciser si ce bureau des ventes sera relocalisé.

Un parc à l’été
Dès le départ de ce pavillon, des travaux seront menés pour mettre en place un parc pour les riverains. «C’est une priorité», glisse l’administration.

Un aménagement paysager et des bancs seront réalisés. Ce parc devrait être accessible d’ici l’été prochain.

En collaboration avec Ralph-Bonet Sanon

Aussi dans Actualités :

blog comments powered by Disqus