Archives TC Media Le CHU Sainte-Justine

Les enfants atteints de déficience physique ou intellectuelle pourraient recevoir dès 2018 des traitements à la fine pointe de la technologie dans Rosemont.

Un projet du CHU Sainte-Justine et de son Technopôle vise la construction d’un espace dédié à la réadaptation sur le terrain du centre Marie-Enfant.

«Il s’agirait d’un nouvel environnement dans lequel on pourrait aider des enfants vivant avec des déficiences physiques ou intellectuelles, afin de minimiser l’impact de leurs maladies et même dans certains cas à les guérir», explique le Dr Fabrice Brunet, directeur général du CHU Sainte-Justine et instigateur du projet.

Ce dernier se dit confiant de voir le projet aboutir d’ici les deux prochaines années.

Depuis 2012, le Technopôle regroupe des équipes expertes dédiées à des recherches entre autres en psychologie, biotechnologies, urbanisme, etc. Selon le Dr Brunet, la construction d’un pavillon pour ce Technopôle permettrait d’aller plus loin en regroupant des acteurs du milieu public et privé dans un partenariat «transectoriel».

«Nous voulons orienter les chercheurs vers les besoins des enfants. En rassemblant les gens de Polytechnique, de l’ÉTS, de Concordia avec des entreprises privées qui auraient accès aux enfants en traitement, ils seraient vraiment connectés à leurs besoins», insiste le directeur général du CHU Sainte-Justine.

Changer le futur des enfants             

Ce dernier exemplifie les services que pourrait offrir ce centre. «Un enfant qui après avoir subi un accident aurait des séquelles à la moelle épinière devrait certainement se déplacer en fauteuil roulant. Grâce aux biotechnologies, on lui fournirait un exosquelette qui lui permettrait de marcher, qui préviendrait l’atrophie de ses muscles. Avec des stimulateurs neurologiques on aiderait le fonctionnement des ses organes. Puis une thérapie des cellules souches pourrait, dans certains cas, restaurer sa moelle épinière», informe le Dr Brunet.

Ce rêve, qui «changerait le futur des enfants», demandera des fonds. Pour l’instant, le projet est à la recherche de partenaire et espère obtenir 15 600 000$ du Fonds d’investissement stratégique pour les établissements postsecondaires, une aide financière du gouvernement fédéral. L’argent devrait couvrir la moitié des coûts du centre.

«Nous attendons l’appui du gouvernement pour ensuite nous lancer à la recherche d’autres fonds pour compléter le projet», affirme le Dr Brunet.

Le cabinet du maire de l’arrondissement de Rosemont – La Petite-Patrie a reçu en avril 2016 la visite des membres du CHU Sainte-Justine et de ses partenaires dans l’entreprise afin d’obtenir un soutien politique.

«Nous avons démontré notre appui au projet dans une lettre d’intérêt. Pour nous cela est une opportunité considérant ce l’établissement serait probablement muni d’un gymnase auquel nous aurions accès. Il y a en ce moment une carence d’espaces pour les activités physiques et les loisirs dans l’est de l’arrondissement et ce serait un très bon moyen d’améliorer l’offre», confie Francis Côté, directeur de cabinet de François Croteau, maire de l’arrondissement de Rosemont – La Petite-Patrie.

Aussi dans Actualités :

Nous utilisons maintenant la plateforme de commentaires Facebook Comments sur notre site web. Grâce à celle-ci, vous pourrez laisser vos commentaires par l’entremise de votre compte Facebook directement sous les articles sur notre site web. Pour ceux qui ne sont pas membres du réseau social, nous vous invitons à faire vos commentaires via l’adresse courriel opinions@journalmetro.com. Merci de nous lire!