Archives/TC Media Moisson Montréal approvisionne en denrées 250 organismes communautaires sur l'île.

Le visage de la faim change, alors que 10% des demandeurs d’aide alimentaire d’urgence ont un emploi. La précarité alimentaire ne se limite plus à certains groupes isolés, mais est éprouvée par de plus en plus de gens issus de milieux diversifiés.

Les demandes sont en hausse de 8% dans le Grand Montréal par rapport à 2015, selon le Bilan-Faim du Grand Montréal publié jeudi. Encore cette année, Moisson Montréal fait appel à la solidarité de la population pour combler les besoins de la période des Fêtes.

«C’est ensemble que nous arriverons à bâtir le monde dans lequel nous souhaitons vivre, où chacun mangera à sa faim», souligne le directeur de Moisson Montréal, Richard D. Daneau, encourageant les citoyens à faire des dons alors que ceux-ci ne suivent pas la demande.

L’organisation est financée et approvisionnée essentiellement par des dons. Ses opérations, pour remettre mensuellement 1 000 tonnes de denrées, nécessitent la mobilisation de milliers de bénévoles.

Le réseau des Banques alimentaires du Québec, dont fait partie Moisson Montréal, comble près de 1,8 M$ de demandes chaque mois. Un tiers d’entre elles sont pour des enfants.

Aussi dans Actualités :

Nous sommes présentement en train de tester une nouvelle plateforme de commentaires sur notre site web. Grâce à Facebook Comments, vous pourrez laisser vos commentaires par l’entremise de votre compte Facebook directement sous les articles sur notre site web. Pour ceux qui ne sont pas membres du réseau social, nous vous invitons à faire vos commentaires via l’adresse courriel opinions@journalmetro.com. Merci de nous lire!