Collaboration spéciale/CSN Les agents de la paix ont manifesté devant le bureau de M. Fournier, alors que leurs négociations sont au point mort.

Le bureau du député provincial de Saint-Laurent, Jean-Marc Fournier Fournier, a été placardé avec des autocollants par une trentaine d’agents de la paix en services correctionnels. La manifestation des syndiqués, sans contrat de travail depuis plus d’un an et demi, a duré deux heures dans l’immeuble du boulevard Henri-Bourassa Ouest, mercredi.

«Le gouvernement doit comprendre que nous n’arrêterons pas tant et aussi longtemps que des avancées significatives et satisfaisantes ne se feront pas sentir à la table de négociations», a fait savoir par voie de communiqué le président du Syndicat des agents de la paix en services correctionnels du Québec (SAPSCQ-CSN), Mathieu Lavoie, alors que leurs actions se sont multipliées ces dernières semaines.

Les agents critiquent les reculs importants à leur régime de retraite et les offres salariales, qu’ils jugent en deçà de ce qui a été accordé au reste de la fonction publique.

«Nous avons pris connaissance des demandes des agents qu’ils nous ont fait parvenir, et nous les avons transmises à nos collègues de la Sécurité publique et du Trésor. La négociation doit se faire à la table de négociation», a indiqué l’attachée de presse de M. Fournier, Karla Duval.

Une douzaine de bureaux d’élus ont été visités à travers la province le même jour.

Aussi dans Actualités :

blog comments powered by Disqus