Aaron Vincent Elkaim/The Canadian Press

Loblaw, dont le siège social est situé sur l’avenue Sainte-Croix à Saint-Laurent, a annoncé la fermeture d’ici un an de 52 de ses magasins dits «non-rentables» dans tout le Canada. L’entreprise n’a pas spécifié combien de détaillants seront touchées au Québec.

«À la suite de l’acquisition de Shoppers Drug Mart/Pharmaprix en 2013, nous avons procédé, au cours de la dernière année, à une revue de nos 2300 emplacements. Parmi les 52 magasins déficitaires, figurent des stations d’essence, des magasins Joe Fresh, ainsi que certains marchés d’alimentation et pharmacies», a expliqué à TC Media la directrice principale, affaires corporatives et communication, Johanne Héroux.

Au Québec, l’épicier possède entres autres les bannières Maxi, Provigo et Pharmaprix. On ignore le nombre d’emplois qui seront touchés.

Loblaw souhaite récupérer des bénéfices de 35 à 40 millions de dollars par année, même si les fermetures entraîneront des pertes de 300 millions de dollars en termes de chiffre d’affaires.

Impacts limités
Joint au téléphone, l’économiste et ancien premier ministre du Québec Bernard Landry, a assuré que les impacts négatifs liés à ces fermetures seront limités.

«Il ne faut pas oublier qu’on est dans un système de concurrence. Ce que Loblaw ne vendra pas, d’autres vont le vendre. Que ce soit des concurrents plus petits, voire individuels ou corporatifs, ils vont prendre leur place, il n’y a pas de problème», avance-t-il.

Questionné à savoir si la décision de Loblaw représente un signe que l’économie canadienne se dirige vers une récession, M. Landry émet des réserves.

«Le mot « récession » est peut-être fort. Mais quand on regarde tous les chiffres, ce n’est pas très encourageant. Les gouvernements doivent se réveiller pour stimuler l’économie. Parce que l’économie en elle-même ne semble pas s’améliorer et prendre beaucoup de vigueur», a-t-il avertit.

Des profits au dernier trimestre
L’annonce des fermetures s’est faite par voie de communiqué, alors que Loblaw faisait connaître ses résultats financiers du deuxième trimestre. La plus grande chaîne de supermarchés au pays a enregistré des profits de 186M$, comparativement à une perte de 456M$ pour la même période l’an dernier. Ses revenus se sont chiffrés à 10,54G$, comparativement à 10,31G$ l’an dernier.

Le président exécutif du conseil des Compagnies Loblaw, Galen Weston, a alors indiqué «que l’industrie des détaillants en alimentation demeure très compétitive et les réformes dans le milieu de la santé rajoutent une pression supplémentaire sur nos pharmacies».

Aussi dans Actualités :

Nous utilisons maintenant la plateforme de commentaires Facebook Comments sur notre site web. Grâce à celle-ci, vous pourrez laisser vos commentaires par l’entremise de votre compte Facebook directement sous les articles sur notre site web. Pour ceux qui ne sont pas membres du réseau social, nous vous invitons à faire vos commentaires via l’adresse courriel opinions@journalmetro.com. Merci de nous lire!