Photo: TC Media - André Desroches Les travaux réalisés entre Atwater et Saint-Augustin prévoient notamment la réfection des conduites d'aqueduc, des égouts et des équipements électriques souterrains.

Les commerçants redoutaient le pire face aux travaux de réfection majeurs de la rue Notre-Dame lancés à la fin de septembre. Mais le chantier progresse rapidement et n’a pas viré au cauchemar pour les gens d’affaires rencontrés par TC Media.

Les ouvriers travaillent présentement dans le secteur de la rue Rose-de-Lima.

Les travaux ont commencé à Atwater et avancent tronçon par tronçon jusqu’à Saint-Augustin. La partie entre Atwater et Bérard est complétée.

Le projet de 10,5 M$ réalisé par la Ville de Montréal entre Atwater et Saint-Augustin, un tronçon de 500 mètres, prévoit notamment la réfection des conduites d’aqueduc, des égouts et des équipements électriques souterrains.

Plus de peur que de mal
«Je suis content. Au début on était un peu cynique, mais force est d’admettre que ça avance bien. Il y a eu plus de peur que de mal», commente Germain Côté, propriétaire de la Sandwicherie St-Henri.

Jusqu’à maintenant le chantier a un impact mineur sur les affaires de son commerce assure-t-il. «C’est sûr qu’il y a une baisse de l’achalandage, mais nous n’avons pas trop peur pour notre avenir.»

Même son de cloche de la part du gérant de la Librairie Crossover Comics, Ray Silas. Lui aussi se dit étonné de la vitesse à laquelle les travaux sont effectués.

«Je trouve que c’est rapide. Le chantier avance assez vite. Pour être honnête, j’ai été surpris», confie-t-il.

Comme tous les commerçants interrogés, M. Silas aborde la situation avec philosophie. «Ce n’est pas l’idéal, mais il faut faire ces travaux», reconnaît-il.

La fin prévue dans un an
La fin des travaux est prévue pour novembre 2017. «On est dans les délais, se réjouit le maire de l’arrondissement, Benoit Dorais. Jusqu’à maintenant tout se passe bien.»

On trouve environ 90 places d’affaires dans la partie visée par les travaux. «Il y a une petite baisse d’achalandage des commerces, mais on ne parle pas de Notre-Dame comme d’un secteur à éviter», souligne Lynda Brault, directrice générale de la Société de développement commercial (SDC) Quartier du Canal.

La clientèle a accès aux commerces en tout temps. «On s’est toujours assuré que ce soit fluide sur les trottoirs», mentionne Benoit Dorais.

Deux employés de l’arrondissement sont sur le terrain pour s’assurer que les problèmes vécus par les commerçants soient traités rapidement. «L’arrondissement assure la surveillance du chantier. C’est plus facile que si c’était la ville-centre», note le maire. Un membre du conseil d’administration de la SDC visite aussi régulièrement les commerces pour voir s’il y a des problèmes à régler.

Propriétaire du salon de toilettage pour animaux Felinus, Anne-Marie Beaudet apprécie jusqu’à maintenant ce travail de liaison.

«La Ville et la société de développement commercial nous tiennent informés. Nous n’avons pas l’impression d’être seuls dans notre cour», souligne-t-elle.

Ce contact avec les commerçants va même au-delà de ce qu’elle pouvait imaginer. «À un moment les gens de la Ville sont venus me voir pour dire qu’ils devaient couper l’eau. Ils m’ont demandé quand ça m’adonnait le mieux. Je n’en reviens pas encore», lance Mme Beaudet.

Une pause pour l’hiver
Le chantier fera relâche pour l’hiver au début de décembre. Cette pause commencera avec la tenue d’un marché de Noël du 9 au 11 décembre. «La SDC et les commerçants vont s’approprier la rue avant qu’elle soit redonnée aux automobilistes», précise Lynda Brault.

Après le marché la rue Notre-Dame va être entièrement rouverte à la circulation. Les travaux vont reprendre au printemps.

Aussi dans Actualités :

blog comments powered by Disqus