L’artiste Alain Cadieux vit une nouvelle aventure. Il effectue une première incursion dans le monde du théâtre en signant les sculptures qui forment le décor du spectacle Foirée montréalaise présenté dès le 6 décembre au Théâtre La Licorne.

«C’est une première expérience, lance avec enthousiasme le résident du quartier Émard. J’aime créer des ambiances.»

Écosculpteur depuis 2007, Alain Cadieux donne une seconde vie à des matériaux récupérés qu’il utilise pour créer des œuvres qu’il décrit comme «des présentoirs à artéfacts du patrimoine québécois». Il apprécie particulièrement le bois et l’acier.

Alliant contes et musique, Foirée montréalaise est la production du temps des fêtes du Théâtre Urbi et Orbi et du théâtre de La Manufacture. Les créateurs s’intéressent chaque année à un secteur différent de la métropole. Cette année, c’est le Sud-Ouest qui leur inspire des histoires.

Le metteur en scène Martin Desgagné et le directeur artistique Yvan Bienvenue ont rencontré l’écosculpteur l’été dernier par l’entremise du cinéaste Benoit Desjardins.

«J’ai expliqué à Benoit que je préparais une pièce dont le Sud-Ouest est le sujet, relate Martin Desgagné. Il m’a dit: je vais te faire rencontrer quelqu’un d’assez unique.»

Ils ont été séduits au premier contact. «On ne cherchait pas un sculpteur. On s’intéressait au quartier, et dans ce quartier on a trouvé Alain Cadieux», se réjouit le metteur en scène.

Marier le bois et l’acier
Le décor compte une vingtaine d’écosculptures. Fidèle au style qu’Alain Cadieux a développé au fil des ans, les œuvres sont un mariage de bois et d’acier. Elles évoquent l’histoire de l’arrondissement.

Parmi les éléments, il y a notamment un grand mur de bois fait de larges planches posées à l’horizontal. «Beaucoup de maisons du Sud-Ouest étaient en pièce sur pièce», rappelle l’artiste.

On trouve aussi une «balançoire à maisonnettes» constituée de petites maisons «déposées comme des fleurs» sur une grosse poutre récupérée dans Pointe-Saint-Charles lors de la démolition d’une maison.

Une autre pièce où dominent deux grandes roues d’acier se veut un clin d’œil à l’omniprésence du chemin de fer dans l’arrondissement. «Les trains et les rails, les gens du Sud-Ouest connaissent ça», note Alain Cadieux.

«Ses œuvres parlent vraiment du Sud-Ouest, souligne Martin Desgagné. C’est un bel alliage entre le passé et le présent. Elles sont évocatrices. Elles laissent une part à l’imaginaire des spectateurs.»

L’écosculpteur est emballé par ce nouveau défi. «Tout de suite dès la première lecture du texte, j’ai vu les sculptures que je pouvais mettre», confie-t-il.

L’artiste a bénéficié d’une grande liberté dans son travail de création.

«Je lui disais par exemple que j’avais besoin d’un grand mur. Mais Alain avait carte blanche pour créer un mur à son goût», mentionne Martin Desgagné.

Exposition
Les créations d’Alain Cadieux ne se trouveront pas uniquement sur la scène. Le théâtre l’a invité à présenter d’autres sculptures dans le hall d’entrée.

Les spectateurs feront connaissance avec son univers dès qu’ils poseront le pied dans l’édifice.

«On avait envie d’un chemin qui mène de l’entrée à la scène, explique Martin Desgagné. Nous voulions qu’il y ait un parcours pour entrer dans le Sud-Ouest avant d’entrer dans la salle.»

L’écosculpteur sera présent certains soirs pour rencontrer le public et parler de ses œuvres.

 

Le spectacle Foirée montréalaise sera présenté du 6 au 23 décembre au Théâtre La Licorne. 

Aussi dans Actualités :

blog comments powered by Disqus