TC Media/archives Le 10 avril, cinq logements de la coopérative Sainte-Anne tombent sous le pic des démolisseurs.

L’année 2016 a été riche en actualité dans l’arrondissement du Sud-Ouest, un secteur effervescent. Alors qu’une page se tourne sur les douze derniers mois, La Voix Pop propose un regard sur quelques événements marquants survenus au cours de l’année.

Évacuation d’urgence à la coop Sainte-Anne
Le 10 avril, cinq des neufs logements de la coopérative Sainte-Anne située sur le rue De la Montagne sont démolis pour des raisons de sécurité à la suite d’un affaissement des fondations, qui a fragilisé la structure d’une partie du bâtiment.

Dix-huit personnes sont évacuées et relocalisées d’urgence.

La majorité des locataires jetées à la rue pourront éventuellement intégrer la nouvelle coopérative Bassins du Havre construite dans Griffintown.

Feu vert pour démolir la Taverne Magnan
Le 27 juin, l’arrondissement du Sud-Ouest autorise la démolition du bâtiment qui a été occupé pendant 82 ans par la Taverne Magnan, une institution de Pointe-Saint-Charles. L’édifice situé à l’angle des rues Saint-Patrick et Charlevoix fera place à un projet résidentiel et commercial. Le promoteur prévoit construire un immeuble de trois étages comprenant des commerces au rez-de-chaussée et une cinquantaine de logements locatifs aux étages. Il souhaite démarrer les travaux au printemps 2017.

La Taverne Magnan a servi ses derniers repas le 21 décembre 2014.

Un geyser dans Saint-Henri
Le 13 août, le bris d’une canalisation de 76 cm provoque un spectaculaire geyser qui sort de la chaussée à l’angle des rues Brewster et Saint-Antoine, dans Saint-Henri.

En fait, 12 fuites d’eau surviennent à Montréal entre les 13 et 16 août, transformant plusieurs rues en véritables rivières.

Une hausse de pression à l’usine Atwater est pointée du doigt pour expliquer ces bris.

La partie surélevée de Bonaventure appartient au passé
Le 29 août, la Ville de Montréal complète la démolition de la partie sur pilotis de l’autoroute Bonaventure.

Le tronçon aérien entre le canal de Lachine et la rue William appartient désormais à l’histoire.

L’autoroute a été construite en 1966, à la veille de l’Expo, pour créer un lien entre le pont Champlain et le centre-ville.

Le tronçon situé entre les rues de la Commune et Notre-Dame sera transformé en un boulevard urbain en 2017.

La coupe Stanley dans le Sud-Ouest
Symbole de la suprématie au hockey, la coupe Stanley était dans Saint-Henri le 28 octobre, plus précisément chez Dillalo, alors que le copropriétaire du restaurant et ancien gardien de but des Penguins de Pittsburgh, Gilles Meloche, s’est présenté dans l’établissement avec le trophée.
Pendant quelques heures, les fans de tous âges ont pu toucher, embrasser et se faire photographier avec cet objet de légende.

Le nombre de restos limité sur Notre-Dame
Dans le but de favoriser une plus grande diversité commerciale sur l’artère, l’arrondissement du Sud-Ouest modifie en novembre sa réglementation pour limiter le nombre de restaurants sur la rue Notre-Dame.

Il est désormais interdit d’ouvrir un restaurant à moins de 25 mètres d’un établissement similaire entre le boulevard Robert-Bourassa et la rue Saint-Rémi.

Le nombre de restos a explosé sur ce tronçon au cours des dernières années. Il est passé de 54 il y a cinq ans à plus de 70 aujourd’hui.

Le chantier Turcot s’intensifie
L’année 2016 marque une accélération du chantier Turcot.

Le 21 novembre, le plus important changement de configuration des voies de circulation depuis le début du projet est mis en place. Vouées à la démolition, les quatre voies de l’autoroute 720 en direction est sont en effet fermées entre l’échangeur Turcot et la sortie n° 3 – Rue Guy. Pour dévier la circulation, deux voies de la nouvelle route 136 sont ouvertes

Le chantier n’a pas que des impacts sur la circulation. Il y a aussi le bruit. TC Media révèle qu’entre mai et septembre, près de 600 dépassements sonores ont été enregistrés dans les neuf stations situées sur le territoire du Sud-Ouest.

En octobre, ce sont les normes de qualité de l’air qui font les manchettes. Elles ont été dépassées 134 fois depuis le début de l’année, selon les données compilées par une station de mesure située sur la rue Notre-Dame, aux abords du chantier.

Avenir assuré pour les centres d’éducation populaire
Le 2 décembre, un dossier qui fait les manchettes depuis 2012 est enfin réglé. L’avenir est assuré à long terme avec un bail de 15 ans pour les six centres d’éducation populaire qui logent dans les bâtiments de la Commission scolaire de Montréal.

Le gouvernement du Québec annonce qu’il financera leur maintien dans les immeubles.

Deux des centres, le Carrefour d’éducation populaire et le Comité d’éducation aux adultes de la Petite-Bourgogne et de Saint-Henri, sont situés dans le Sud-Ouest.

Aussi dans Actualités :

blog comments powered by Disqus