Gracieuseté Mathis, en compagnie de la mascotte des jeux du Sud-Ouest, Sudo.

Depuis qu’il est tout petit, Mathis Chamberland assiste aux parties de son grand frère Maxime au Tournoi de hockey bantam/midget du Sud-Ouest de Montréal. Même s’il ne porte pas de patins dans ses pieds, le jeune garçon atteint de la trisomie 21 a marqué, à sa manière, l’histoire de l’événement.

Depuis que le tournoi a vu le jour dans l’arrondissement du Sud-Ouest il y a huit ans, Martin Chamberland, qui habite à Ville-Émard, s’y implique avec ses deux fils, Maxime et Mathis.

À son grand bonheur, le jeune Mathis, qui fêtera son dixième anniversaire le 3 janvier, a eu l’occasion de remettre des médailles aux équipes gagnantes à plusieurs reprises. «On s’amuse beaucoup avec lui, tous les bénévoles du tournoi le connaissent», soutient Yvan Le Bourdais, le président du tournoi.

«Mathis est toujours bien accueilli, il a toujours hâte d’y retourner», indique pour sa part Maxime, son frère, gardien de but.

Souvenirs
De 2012 à 2016, Maxime a participé au tournoi au sein de l’équipe locale, l’Attack de la Fédération de hockey mineur du Sud-Ouest de Montréal (HSO). Au cours de ces cinq années, les deux frères ont vécu de beaux moments. Ils ont même eu la chance de partager la glace à quelques occasions.

L’an dernier, Maxime a été nommé «Joueur du match» lors du tournoi et s’est vu remettre la médaille pour cet honneur par Mathis. «Quand le nom de son grand frère a été nommé, il était content, il tremblait. Après, toute l’équipe s’est approché de lui et l’ont pris dans leurs bras», raconte le père.

«C’était de toute beauté de le voir. Ça me fait chaud au cœur d’être capable de rendre mon petit frère heureux avec des moments comme celui-là», ajoute Maxime, 18 ans.

Parmi ses meilleurs souvenirs avec son petit frère, le joueur garde aussi en tête sa conquête de la Coupe Montréal lors de la saison 2013-2014 avec l’Attack, Midget A, au complexe sportif Gadbois.

«Il y a eu une minute d’inattention et Mathis a quitté sa mère pour aller sur la glace rejoindre son frère. Maxime l’a assis sur ses jambières et lui a fait faire le tour de la patinoire avec la coupe. J’étais fier», se souvient le père.

Complicité
Mathis et Maxime partagent la même passion pour le hockey. «C’est un peu moi qui lui a transmis, il est un mordu de hockey», soutient l’aîné.

mathis-et-maxime-1«Mathis aime beaucoup son frère, c’est son héros, affirme Martin Chamberland. On lui a fait faire un chandail de l’Attack avec le même numéro que son grand frère».

Un sentiment partagé par ce dernier. «Pour moi, c’est un peu comme mon idole. Il y en a qui le voit d’un œil différent, mais moi, je ne vois pas de différence. C’est un petit garçon exceptionnel», confie Maxime.

«J’ai une très belle relation avec lui, on s’entend très bien. Chaque fois que ça va moins bien, il est toujours là pour me remonter le moral», ajoute-t-il.

Comme son grand frère, Mathis regarde le hockey et patine, à l’occasion. «Ils y vont ensemble, mais ça demande plus d’effort à Mathis, surtout pour la coordination», indique Martin Chamberland.

Cette année, Maxime ne participera pas au tournoi comme joueur, mais plutôt à titre de bénévole, tout comme son petit frère Mathis.

Aussi dans Actualités :

Nous utilisons maintenant la plateforme de commentaires Facebook Comments sur notre site web. Grâce à celle-ci, vous pourrez laisser vos commentaires par l’entremise de votre compte Facebook directement sous les articles sur notre site web. Pour ceux qui ne sont pas membres du réseau social, nous vous invitons à faire vos commentaires via l’adresse courriel opinions@journalmetro.com. Merci de nous lire!