La rue Stephens, à Verdun, a été plongée dans le noir pendant presque deux mois depuis le début de l’année, faute d’éclairage fonctionnel. Depuis le 25 novembre, aucun lampadaire ne s’allume le soir parce que, selon l’arrondissement, l’équipement électrique est désuet. Une situation inacceptable selon le résident James Hill.

«L’éclairage de rue est primordial, ça donne un sentiment de sécurité à la population. Ça empêche les agressions, les vols, etc. On est chanceux qu’il ne soit rien arrivé encore, mais on attend quoi?», questionne l’ancien pompier à la Ville de Montréal.

M. Hill a constaté que les lumières ont été inopérantes 47 jours cette année, dont 35 consécutifs entre juillet et août en plus des derniers jours. Le natif de Verdun insiste que la rue Stephens est une artère importante, puisqu’adjacente à l’Institut universitaire en santé mentale Douglas.

L’arrondissement de Verdun indique qu’un court-circuit dans le câblage souterrain combiné à l’âge du réseau électrique, qui date des années 1940, pourraient être en cause.  Des manipulations électriques effectuées par des sous-traitants dans les deux chantiers actifs à proximité sont des hypothèses aussi étudiées.

Situation complexe
«Nous tentons actuellement de maintenir la plus grande partie du vieux réseau fonctionnelle, mais les trois fusibles desservant les rues en question sautent en alternance», indiquent la direction des travaux publics.

Malgré ces réparations, les pannes sont fréquentes. Une firme externe d’électriciens a été mandatée dans les derniers jours pour localiser le court-circuit à l’origine des pannes.

«C’est comme si on cherchait quelle lumière était brûlée dans une guirlande de Noël qui ne s’allume plus. C’est long, explique le maire de Verdun Jean-François Parenteau. J’habite dans ce secteur, alors je comprends ce que les citoyens vivent, mais on prend les moyens pour régler la situation.»

Les rues Monteith, Rolland, Valiquette, Allard et Beurling seraient également affectées par la problématique récurrente.

Le maire indique que les travaux publics devraient profiter des prochains travaux de réfection des rues de l’arrondissement, pour remplacer certains câblages désuets.

«Je comprends qu’on ne puisse pas faire de miracle, mais la vie continue.  Que l’arrondissement fasse les réparations au plus vite et si c’est la faute d’un entrepreneur, qu’il paie la facture», soutient M. Hill.

Alternatives
Louer de l’éclairage mobile, une alternative considérée par l’arrondissement, est impossible en raison des coûts exorbitants, du bruit et de l’éblouissement.

Le conseiller du secteur, Sterling Downey croit qu’un éclairage temporaire devrait être installé étant donné les circonstances. «Il fait noir plus tôt en ce moment et avec la neige et la glace, les résidents plus âgés ne peuvent pas voir l’état des trottoirs pour éviter de glisser», souligne-t-il.

Jusqu’à ce que les lampadaires soient rétablis dans le secteur, l’arrondissement a distribué une note demandant aux citoyens de laisser leur lumière d’entrée allumée le soir et la nuit afin d’augmenter les sources d’éclairage dans les rues touchées.

Pour plus d’infos sur les travaux, c’est ici.

 

Aussi dans Actualités :

Nous utilisons maintenant la plateforme de commentaires Facebook Comments sur notre site web. Grâce à celle-ci, vous pourrez laisser vos commentaires par l’entremise de votre compte Facebook directement sous les articles sur notre site web. Pour ceux qui ne sont pas membres du réseau social, nous vous invitons à faire vos commentaires via l’adresse courriel opinions@journalmetro.com. Merci de nous lire!