Hugo Lorini/TC Media Vente de sapins par l'Harmonie Richelieu, sur la rue Wellington.

Cette année, plus de 650 foyers verdunois seront décorés des arbres de Noël du petit marché installé au coin des rues Galt et Wellington, dont tous les profits sont versés à l’Harmonie Richelieu. Depuis six ans, cette méthode de financement leur permet d’offrir des cours de musique à un nombre grandissant de jeunes de l’arrondissement, puisqu’il gagne sans cesse en popularité.

«C’est de toute beauté de voir les gens se promener sur la rue Wellington avec leur sapin sur l’épaule et de se dire qu’ils l’ont pris chez nous», raconte Françoise Gloutnay, membre du conseil d’administration (C.A.) de l’Harmonie Richelieu.

Avec le temps, le petit marché est devenu une tradition de Noël qui donne le ton sur l’artère commerciale. L’organisation n’a cessé de s’améliorer, puisqu’à ses débuts, seuls 150 arbres avaient trouvé preneur.

«La première année, on devait rentrer tous les sapins dans la véranda du presbytère chaque soir. On n’avait pas de clôture pour les laisser là. C’est fou comme ça a évolué», constate la présidente du C.A., Suzanne Grothe, évoquant les petites cabanes et les grands tableaux que leur a fourni la Société de développement commercial (SDC) Wellington.

Impliquée depuis seize ans auprès de l’organisme, Mme Grothe ne compte pas son temps pour aider cette cause en laquelle elle croit énormément, certaine que l’apprentissage de la musique améliore le développement des enfants.

La musique pour grandir
Tout ce que fait l’Harmonie Richelieu depuis 1989 afin d’apporter la musique dans la vie des jeunes Verdunois tient uniquement au travail acharné de bénévoles. Les parents et grands-parents des enfants qui en font partie sont essentiels au bon déroulement des activités, des concerts, mais également des levées de fonds comme la vente de sapins.

Grâce, entre autres, à cet événement, l’Harmonie Richelieu offre aux jeunes Verdunois de faire de la musique en ensemble à moindre coût en payant la plus grande partie des cours et en prêtant gratuitement la soixantaine d’instruments qu’elle possède.

Et les bénévoles présents à la vente expliquent avec patience à chaque client, quand ils en ont le temps, la cause à laquelle ils viennent en aide en choisissant d’acheter leur arbre de Noël à cet endroit.

De l’éveil musical pour les tout-petits à l’orchestre à vents, en passant par la guitare en groupe pour les plus vieux, l’Harmonie Richelieu ratisse large. Plus encore depuis trois ans, quand l’organisme a commencé les cours aux adultes. Cette initiative a favorisé la participation des parents, qui s’impliquent de plus en plus dans l’organisation des deux concerts annuels.

Les «grands» doivent toutefois débourser davantage pour leur formation, couvrant entièrement les coûts engendrés. «C’est important que ce volet-là soit rentable, puisque l’objectif doit toujours rester de faciliter l’accès des jeunes à la musique», explique Mme Grothe.

La vente de sapins couvre également la plus grande partie des coûts de participation d’une trentaine de jeunes à un camp musical d’une fin de semaine qui se déroule toujours au printemps au Camp Richelieu, à Saint-Côme, dans les Laurentides.

Chaque année, l’Harmonie offre également l’opportunité à deux ou trois de ses musiciens de participer deux semaines de formation estivale intensive à Asbestos. Les familles ne déboursent que les frais d’inscription de 150$ et le reste des dépenses est assumé par l’organisme, qui aimerait que plus d’enfants en profitent dans les années à venir.

Aussi dans Actualités :

Nous sommes présentement en train de tester une nouvelle plateforme de commentaires sur notre site web. Grâce à Facebook Comments, vous pourrez laisser vos commentaires par l’entremise de votre compte Facebook directement sous les articles sur notre site web. Pour ceux qui ne sont pas membres du réseau social, nous vous invitons à faire vos commentaires via l’adresse courriel opinions@journalmetro.com. Merci de nous lire!