Depuis avril 2009, le public montréalais a découvert une nouvelle façon de s’amuser en mangeant un couscous fait maison! Bienvenue au Couscous Comedy Show.

Derrière cette formule efficace se trouve Fares M., un Montréalais d’origine algérienne. Celui qui se fait appeler Uncle Fofi est un vrai personnage. Physiquement, déjà, on a l’impression d’avoir vu son visage avant de le rencontrer. Ses yeux écarquillés en tout temps vous donnent l’impression qu’il s’agit d’un personnage de BD constamment étonné et curieux. Sur son canapé, dans son appart à la porte ouverte nuit et jour sur Mont-Royal et Parc, il ne tient pas en place. Il gesticule des mains, se met debout pour changer de position, tout en déversant un torrent d’idées à toute vitesse. Une gymnastique qui a duré une heure, lorsque je l’ai rencontré pour une entrevue.

Et ça ne date pas d’hier. L’humoriste algérien natif de Jijel, une ville algérienne mieux connue comme le fief de «l’Inspecteur Tahar»,  a marqué toute l’Algérie après l’indépendance. Il est un personnage haut en couleur qui aime exprimer sa joie et répandre son bonheur autour de lui.

Après cinq dans sa ville natale, sa famille s’est expatriée en France pour suivre son père dans sa quête académique. Grâce à des coïncidences de la vie, Fares a démontré un intérêt particulier pour l’expression artistique dans un lycée catholique privé en France, avant de déménager seul à Montréal pour poursuivre ses études aux HEC de Montréal.

Ici, au fil des rencontres, il a combiné les prestations de stand-up dans le milieu étudiant avant de se lancer dans les affaires une fois son diplôme en poche. Celui qui est devenu entre-temps mieux connu par son nom de scène, Uncle Fofi, s’est lancé avec son meilleur ami dans un business nouveau genre: la vente de couscous congelé et livré à domicile. Rigolos, ils ont créé FaceBouffe, un groupe sur Facebook. Leur entreprise a connu un succès rapide avec plus de 300 livraisons de Fofi-couscous par mois!

Pour faire croître son affaire, Uncle Fofi a eu l’idée d’organiser chez lui un Cabaret Couscous, un genre de rencontres à la Tupperware. Il recevait dans le grand salon de son ancien appartement de Côte-des-Neiges des clients qui participaient à des séances de dégustation gratuites de couscous fait maison, le tout, en découvrant des numéros d’artistes. Une ambiance décontractée qui incitait encore plus les convives à commander du Fofi-couscous!

Dès que l’affaire a commencé à attirer une centaine de spectateurs-clients, Uncle Fofi a cherché une salle plus grande pour développer encore plus son idée. Il s’est entendu avec des connaissances, qui sont aussi les propriétaires du bar les Bobards, sur Saint-Laurent à Montréal. C’est là qu’a eu lieu le premier Couscous Comedy Show, le 13 avril 2009.

Ce success-story a dépassé les 140 spectacles, où l’humour, le cirque, la danse, la musique et différents genres d’expressions artistiques côtoient la dégustation de Fofi-couscous. «Ma philosophie dans la vie est de faire rire les gens, et si le spectacle ne les porte pas au ciel, ils auront au moins bien mangé», conclut Uncle Fofi.

À voir le  Couscous Comedy Show au Cabaret du Mile-End.

Pour découvrir les prémisses du Couscous Comedy Show, l’origine du nom de scène Uncle Fofi et les histoires de son créateur avec les humoristes Jamel Debbouze, Gad Elmaleh, Smaïn et Dieudonné, lisez, dans mon prochain billet, l’entrevue complète que m’a accordée Uncle Fofi. 

Aussi dans Autrement dit :

Nous utilisons maintenant la plateforme de commentaires Facebook Comments sur notre site web. Grâce à celle-ci, vous pourrez laisser vos commentaires par l’entremise de votre compte Facebook directement sous les articles sur notre site web. Pour ceux qui ne sont pas membres du réseau social, nous vous invitons à faire vos commentaires via l’adresse courriel opinions@journalmetro.com. Merci de nous lire!