Wikimedia Commons Enfant albinos

C’est une histoire sordide qui illustre le sort réservé aux albinos de Tanzanie.

Le petit Yohana Bahati, âgé de 18 mois, a été enlevé dans la nuit du 14 au 15 février à son domicile d’Ilelema, dans le nord du pays. Sa mère a tenté de le sauver mais elle a été grièvement blessée à coups de machette par les ravisseurs. Trois jours après, son enfant a été retrouvé dans la forêt de Biharamulo selon la police de la région de Geita, mort, bras et jambes amputés. L’une de ses sœurs, âgée de 3 ans et elle aussi albinos, serait actuellement sous protection policière, et deux personnes, dont le père de famille, sont toujours interrogées.

Un acte odieux. Une pratique de sorcellerie ancestrale. Les organes d’albinos auraient des vertus magiques, bienfaisants ou maléfiques, selon certaines croyances. Concrètement, un trafic abject et lucratif: environ 600 dollars pour les organes d’albinos, un maximum de 75 000 dollars pour un corps entier.

Le Haut-commissaire aux droits de l’Homme pour les Nations unies, Zeid Ra’ad Al Hussein, a sévèrement condamné ce meurtre, exigeant des autorités locales qu’elles protègent les albinos. « La violence et les discriminations contre les personnes souffrant d’albinisme doivent être arrêtées », a-t-il déclaré dans un communiqué.

Le gouvernement tanzanien a pourtant interdit la sorcellerie fin janvier, le ministre de l’intérieur, Mathias Chikawe, mettait alors en place le lancement de l’opération spéciale En finir avec les meurtres d’albinos, menée par la police, les autorités locales et les membres de la Société tanzanienne des albinos.

Cette décision gouvernementale faisait suite à l’enlèvement fin décembre 2014 de Pendo Emmanuelle, une fillette de 4 ans, par des inconnus armés de machettes dans la région de Mwanza . Quinze suspects, dont son père et deux de ses oncles, avaient alors été arrêtés. La fillette est toujours portée disparue.

L’ONU attribue la récente hausse des attaques contre les albinos à l’approche des élections présidentielle et parlementaire en octobre prochain, certains candidats se tournant vers la sorcellerie pour augmenter leurs chances d’être élus.

Depuis 2000, près de 75 albinos ont été tués en Tanzanie, selon l’ONU. Seules cinq affaires ont abouti à des poursuites judiciaires. Selon l’ONG canadienne, Under the Same Sun, le pays compte, sur près de 40 millions d’habitants, au moins 170 000 albinos. Victimes de discriminations également dans d’autres pays comme le Burundi, plusieurs albinos vivent donc cachés pour pouvoir survivre.

Tanzanie

Tanzanie

Aussi dans Éthiques et sociétés :

Nous sommes présentement en train de tester une nouvelle plateforme de commentaires sur notre site web. Grâce à Facebook Comments, vous pourrez laisser vos commentaires par l’entremise de votre compte Facebook directement sous les articles sur notre site web. Pour ceux qui ne sont pas membres du réseau social, nous vous invitons à faire vos commentaires via l’adresse courriel opinions@journalmetro.com. Merci de nous lire!