Chantal Levesque/Métro Une initiative visant à fermer cette partie de la rue Place Phillips pour créer un «lounge» à ciel ouvert a pris fin abruptement, alors que les travaux étaient sur le point de débuter, nous apprend notre chroniqueur Marc-André Carignan.

Quelqu’un a «tiré la plogue» sur un projet de piétonnisation qui était sur le point de se mettre en branle à l’est du square Phillips.

Tout semble indiquer que ce serait un haut placé dans la hiérarchie de l’arrondissement de Ville-Marie.

De quel projet parle-t-on ici? D’une initiative qui visait à redonner la rue Place Phillips, entre Sainte-Catherine et Cathcart, aux travailleurs et aux passants du secteur pour la période estivale, en créant un véritable «lounge» à ciel ouvert inspiré du Herald Square de New York. Bancs, tables et lampes extérieures devaient faire leur apparition sur le domaine public, en plus de motifs colorés sur le sol pour délimiter l’espace.

MAISON 01- Herald_Square_c100

La circulation automobile aurait été déviée sur la rue Cathcart, au sud du square Phillips, pour être redirigée sur l’avenue Union. Les sens uniques actuellement en vigueur sur ces dernières auraient été éliminés au profit de voies à double sens pour compenser cette fermeture partielle.

Les plans étaient presque finalisés, le budget avait été débloqué, et la construction était sur le point de s’amorcer. Mais à la dernière minute, le projet a pris fin abruptement.

À l’arrondissement, on justifie cette décision en mentionnant qu’on «souhaite étudier davantage les effets de ce projet sur les composantes du réseau local», particulièrement sur la circulation. Un argument que mettent en doute certaines sources municipales.

«Quelqu’un en haut de la chaîne semble avoir été frileux [face aux automobilistes], me confie l’une d’elles. Pourtant, les études de circulation indiquaient qu’avec quelques mesures de mitigation, l’impact serait minime. Sans compter que la Direction des transports a participé à tout le processus.»

Vérification faite, une étude de la firme AECOM, disponible sur le site de la Ville, tend effectivement à montrer que l’élimination des sens uniques autour du square Phillips ainsi qu’une modification du minutage des feux de circulation pour maximiser la fluidité automobile auraient permis de limiter les impacts négatifs.

On aurait également pu croire qu’un tel projet de piétonnisation subirait les foudres de certains commerçants ou restaurateurs pour diverses raisons, dont l’élimination de cases de stationnement. Or, ça ne semble pas être le cas. «On était favorables au projet, me confirme Paolo Vena, président de l’Association des commerçants du secteur. On aurait pu au moins le tester quelques semaines pour voir les résultats.»

M. Vena a bien raison. Un test aurait été plus que pertinent. C’était d’ailleurs le premier objectif de ce projet pilote : évaluer l’impact d’un tel aménagement sur le secteur avant de procéder à des changements permanents pendant le grand chantier de la rue Sainte-Catherine. Si le test avait été catastrophique, on aurait pu enlever le mobilier sur rue en une journée à peine.

«De bons résultats auraient pu avoir une influence auprès des professionnels qui dessinent actuellement les plans de réaménagement de la rue Sainte-Catherine, m’explique une autre source à la Ville. Il ne serait pas trop tard pour relancer le projet.»

En librairie
Pour les amateurs d’architecture, j’ai reçu cette semaine la deuxième édition d’un guide portant sur l’architecture contemporaine de Montréal. Ce dernier propose, sous la forme d’images et de courts textes, une généreuse sélection de bâtiments et d’espaces publics qui ont transformé notre paysage urbain ces dernières années. Un beau livre de poche pour (re)découvrir sa ville.

MAISON Couverture Guide_c100Guide de l’architecture contemporaine de Montréal
Nancy Dunton et Helen Malkin
PUM

Aussi dans Paysages fabriqués :

Nous utilisons maintenant la plateforme de commentaires Facebook Comments sur notre site web. Grâce à celle-ci, vous pourrez laisser vos commentaires par l’entremise de votre compte Facebook directement sous les articles sur notre site web. Pour ceux qui ne sont pas membres du réseau social, nous vous invitons à faire vos commentaires via l’adresse courriel opinions@journalmetro.com. Merci de nous lire!