Métro Le parc renferme plusieurs repères historiques dédiés à la vie de Madeleine Parent.

Le parc Madeleine-Parent, situé dans l’arrondissement Sud-Ouest de Montréal, a été officiellement inauguré samedi lors d’une cérémonie tenue devant une centaine de personnes.

Le petit espace vert, situé à proximité du marché Atwater, se veut un hommage à la syndicaliste, qui a dédié sa vie au militantisme ouvrier.

Le nom de Madeleine Parent était associé depuis longtemps à St-Henri, elle qui a mené dans les années 1940 la lutte pour la syndicalisation des ouvrières de la Dominion Textile, usine située sur les abords du canal Lachine.

Cet épisode fait partie de la longue carrière de Mme Parent, décédée en 2012 à l’âge de 93 ans. La Montréalaise aura été une figure de proue de la lutte féministe au Canada, en plus de militer pour les droits des autochtones et des étudiants, notamment.

«C’était une femme de conviction, de cohérence, de fidélité, la femme de la ligne droite, a soutenu en entrevue Lorraine Pagé, ancienne présidente de la Centrale des syndicats du Québec (CSQ).

Celle qui siège aujourd’hui comme conseillère indépendante dans le district du Sault-au-Récollet a également souligné le travail de Madeleine Parent pour mettre fin à la domination des syndicats américains au Canada et son rôle dans l’intégration des femmes au sein de l’appareil syndical.

« Le geste qu’on pose aujourd’hui, c’est un geste de transmission, une façon de faire vivre sa mémoire, a poursuivi Mme Pagé. C’est avec des actions comme celles ça qu’on va réhabiliter son nom, qu’on va la faire connaître et que de nouvelles générations de femmes, de féministes et de syndicalistes vont pouvoir se réclamer de Madeleine Parent. »

Initiative citoyenne

Le nom du lieu est d’autant plus significatif qu’il est aménagé sur les lieux d’une ancienne manufacture sur les rives du canal Lachine, berceau de l’industrialisation de Montréal. De plus, l’idée du parc est née d’une initiative que n’aurait sans doute pas reniée Madeleine Parent.

Des citoyens inquiets de voir l’ensemble des berges en possession de promoteurs immobiliers ont interpellé l’administration municipale afin qu’elle transforme l’endroit en lieu public.

Après consultation, l’administration du maire Benoît Dorais a acheté le site, qui était destiné à accueillir des condos, moyennant une hausse de taxes pour quatre ans.

«Le projet immobilier en soi n’était pas mauvais, mais l’intégration à l’environnement n’était pas adéquate, a affirmé le chef du deuxième groupe d’opposition à l’Hôtel de Ville. Les citoyens du quartier voulaient être propriétaires du terrain, que cesse la construction de condos aux abords du canal et qu’on se le réapproprie. »

Il s’agit donc d’une rare propriété municipale sur les abords du canal Lachine, là où pullulent les condos depuis une vingtaine d’années.

Toponymie

Même si la décision de nommer l’endroit en l’honneur de la syndicaliste a été prise tout juste après sa mort, ce choix va dans l’esprit de la nouvelle politique de la Ville de Montréal qui a annoncé récemment vouloir augmenter la présence des femmes dans l’espace public montréalais.

«Désormais, dans tous les arrondissements, lorsque vient le temps de nommer un lieu, la première question qu’on se pose est : peut-on trouver un nom de femme ?», a relaté Lorraine Pagé.

«La sous-représentation des femmes est flagrante. Pourtant Montréal a été bâti par des femmes, Jeanne-Mance, Marguerite Bourgeoys, mais l’histoire les a effacées leurs noms. Je crois que nous sommes engagés dans un mouvement de réhabilitation de la place des femmes dans l’histoire de Montréal et dans les lieux de la ville. Le parc Madeleine-Parent est une très belle illustration.»

Aussi dans Actualités :

blog comments powered by Disqus