Josie Desmarais Bannière de la Coalition pour un boulevard Papineau

À quelques semaines des élections municipales et à quelques mois du scrutin provincial, des citoyens et des organismes environnementaux sont revenus à la charge jeudi pour réclamer que l’autoroute 19, entre Laval et Bois-des-Filion, devienne un boulevard urbain.

La Coalition pour un boulevard Papineau, qui est formée essentiellement de citoyens et qui est appuyée par des organismes, tels que Piéton-Québec, les Conseils régionaux de l’environnement de Laval et Montréal et Vélo-Québec, aimerait qu’une réflexion soit initiée sur l’ensemble du lien routier, de Bois-des-Filion jusqu’à Montréal, afin que des aménagements de transport actif et collectif y soient réalisés de façon conséquente.

«On ne peut pas avoir un transfert modal si on n’a pas des transports en commun efficaces, rapides et conviviaux, confortable et abordables», a lancé l’une des porte-parole de la coalition, Mélanie Busby.

«Notre mobilisation, ce n’est pas la banlieue contre Montréal, a ajouté Mme Busby. On veut tendre la main à la Rive-Nord pour qu’on dessine ensemble un projet qui est viable pour tous.»

Pour faire pression sur le gouvernement du Québec, les membres de la coalition ont déposé une pétition comprenant 10 800 signatures au bureau de la députée de Crémazie, Marie Montpetit. Ils ont également installé une bannière promouvant leur regroupement sur le viaduc se trouvant à l’intersection du boulevard Gouin et de l’avenue Papineau, en plus d’organiser un rassemblement en après-midi, auquel des représentants politiques de Projet Montréal, Équipe Coderre et Québec Solidaire ont pris part.

Pour la Fondation David Suzuki, qui soutient la coalition, il est temps de miser davantage sur le développement du transport en commun que sur celui des autoroutes. «La région de Montréal suffoque», a lancé son directeur pour le Québec et l’Atlantique, Karel Mayrand. Ce dernier a souligné qu’il faudrait d’abord modifier les règles de financement.

«Quand tu es maire et que tu demandes une autoroute, tu ne payes pas une cenne, a-t-il rapporté. Si tu demandes du transport collectif, tu payes 50%. Le système est biaisé en faveur des autoroutes parce que c’est le gouvernement qui prend en totalité de la facture.»

M. Mayrand a ajouté que l’option du boulevard urbain comprend plusieurs possibilités, qui doivent être explorées.

La coalition pour un boulevard Papineau s’oppose à celle qui demande le parachèvement de l’autoroute 19 et qui est formée de plusieurs maires de la Rive-Nord, notamment des villes de Bois-des-Filion, Laval et Terrebonne, ainsi que de députés provinciaux. Ils appuient leurs arguments sur la croissance de la population et de l’emploi dans le nord de la région métropolitaine, ce qui entraîne selon eux une augmentation de la congestion automobile. Ils réclament aussi des aménagements de transport en commun.

Le cabinet du ministre des Transports, Laurent Lessard, a indiqué qu’un dossier d’opportunité, qui comprendra différents scénarios, est présentement en cours de réalisation. Dès qu’il est terminé, il sera présenté au conseil des ministres, qui aura le mot final dans le projet. «Il y a eu certains retards, mais c’est un projet qui mérite d’être bien fait», a dit l’attaché de presse du ministre, Mathieu Gaudreault, qui a souligné que le ministre espère que les modifications seront adoptées «le plus rapidement possible».

Dans une lettre adressée à la députée Marie Montpetit, le ministre Lessard a indiqué qu’il privilégiait l’option «du boulevard urbain avec des aménagements de type autoroutier», ce qui laisse craindre le pire pour la Coalition du boulevard Papineau.

Dans un rapport déposé en 2015, le Bureau d’audiences publiques en environnement (BAPE) recommandait à Québec d’effectuer une analyse approfondie afin de comparer l’aménagement d’un lien autoroutier et d’un boulevard urbain dans l’axe du l’autoroute 19. Il suggérait aussi de consulter davantage les villes concernées par ce projet.

C’est le gouvernement de Pauline Marois qui a annoncé en 2013 le parachèvement de l’autoroute 19, entre les autoroutes 440 et 640. Il était prévu d’aménager deux voies de circulation dans les deux directions, de même qu’une voie réservée pour le transport collectif et une piste multifonctionnelle. Ce plan nécessitait la construction de quatre échangeurs ainsi que d’un nouveau pont à l’est du pont Athanase-David. La facture était évaluée à 600M$.

Aussi dans Montréal :

Nous utilisons maintenant la plateforme de commentaires Facebook Comments sur notre site web. Grâce à celle-ci, vous pourrez laisser vos commentaires par l’entremise de votre compte Facebook directement sous les articles sur notre site web. Pour ceux qui ne sont pas membres du réseau social, nous vous invitons à faire vos commentaires via l’adresse courriel opinions@journalmetro.com. Merci de nous lire!