Simon Mauvieux/Métro

À peine ouvert, le CHUM suscite déjà l’inquiétude. En cause, le partenariat publique/privé (PPP), un gaspillage de fonds publics pour ses détracteurs qui causera d’importants dépassements de coûts.

En vertu du PPP, le CHUM est loué au Québec par le consortium d’entreprises privées Construction Santé Montréal (CSM) qui a financé sa construction à hauteur de 55%. En échange, le consortium privé est propriétaire de l’hôpital pendant encore 30 ans et l’État doit lui payer un loyer de 11M$ par mois durant cette période.

Préoccupée par le manque de transparence dans la gestion financière du CHUM et du CUSM, la Confédération des syndicats nationaux (CSN) a appelé les employés des deux nouveaux hôpitaux universitaires à devenir des «lanceurs d’alerte» pour dénoncer les dysfonctionnements et d’éventuelles surfacturations sur l’entretien des deux nouveaux méga-hôpitaux montréalais.

Le syndicat, qui a invité le député de Québec solidaire Amir Khadir, le professeur de l’INRS Pierre J. Hamel et la présidente du mouvement des médecins québécois pour le régime public (MQRP), a pointé du doigt certains excès survenus au CUSM, en avançant qu’ils allaient aussi se produire au CHUM.

«Voici quelques exemples de menus travaux qui en mode PPP ne sont pas considérés comme de l’entretien, mais comme des modifications facturables en extra du loyer mensuel, a déclaré Jean Lacharité, deuxième vice-président du CSN. 409$ pour déplacer de quelques pouces un distributeur de savon à mains, 26 500$ juste pour déplacer une vingtaine de téléviseurs», a-t-il continué, égrenant plusieurs autres exemples de factures salées pour le CUSM.

Pour M. Lacharité, le consortium pourrait facilement surfacturer l’entretien des hôpitaux aux frais des contribuables, sans rendre public les factures. «On veut une ouverture des contrats, on veut remettre les clefs à la direction du CHUM et non à un consortium qui s’enrichit», a-t-il clamé devant 50 personnes rassemblées devant le nouveau CHUM, mardi, pour soutenir l’action de la CSN.

«Il y a des éléments que nous ne pouvons pas divulguer, car sur les deux projets qui se terminent, un a encore un litige: le CUSM, donc il est impossible de révéler le montant du contrat du CHUM», a déclaré à Métro le ministre de la Santé et des Services sociaux, Gaëtan Barette. Il n’a pas exclu qu’une fois ce litige terminé, il fera des vérifications pour savoir ce qui est légalement divulguable. «Techniquement, c’est un contrat public, donc il doit être divulgué en parti, sinon en totalité», a-t-il ajouté.

Comme l’hôpital appartient au CSM, il est impossible d’effectuer des modifications du mobilier ou des réparations sans avertir le consortium, qui enverra alors une équipe sur place. Pour le personnel, ce nouveau fonctionnement nécessite beaucoup d’adaptation, et plusieurs employés se plaignent de ne pas avoir reçu toutes les informations nécessaires pour faire leur travail.

«Comme le bâtiment ne nous appartient pas, on peut rien afficher sur les murs, a indiquée à Métro une employée du CHUM. Ça pose des problèmes, par exemple, lorsqu’on doit appeler la banque de sang, nous n’avons pas d’affiches à proximité du téléphone pour donner les informations nécessaires». Autre problème, plusieurs employés ne connaissent toujours pas le chemin qu’ils doivent emprunter pour aller au bloc opératoire depuis les vestiaires. «On passe par des endroits où nous n’avons pas le droit de passer, tout le monde fait ça, personne ne nous a montré le chemin alors on passe un peu n’importe où». L’employée a aussi constaté qu’un des distributeurs d’uniformes était hors service et que plusieurs employés n’avaient toujours pas accès au système informatique d’étiquetage pour les patients.

Le gouvernement Charest, qui avait plaidé pour le recours au PPP, avançait qu’un tel montage permettrait à l’État d’économiser 300M$, un chiffre contesté par l’opposition et plusieurs chercheurs.

Aussi dans Montréal :

Nous utilisons maintenant la plateforme de commentaires Facebook Comments sur notre site web. Grâce à celle-ci, vous pourrez laisser vos commentaires par l’entremise de votre compte Facebook directement sous les articles sur notre site web. Pour ceux qui ne sont pas membres du réseau social, nous vous invitons à faire vos commentaires via l’adresse courriel opinions@journalmetro.com. Merci de nous lire!