Josie Desmarais

Malgré les arrestations, les vols de voitures sont en augmentation autour de l’aéroport Montréal-Trudeau.

Selon les dernières données ouvertes sur la criminalité de la Ville de Montréal,  il y a eu plus de 350 vols de voitures autour de l’aéroport dans les 12 derniers mois, soit d’avril 2017 à mars 2018. Malgré des arrestations survenues l’an dernier, c’est environ 5% de plus que d’avril 2016 à mars 2017.

«Le secteur de l’aéroport comprend une forte concentration d’autos et plusieurs axes autoroutier pour prendre la fuite rapidement. Pour les hôtels, les propriétaires étant en vacances, le vol d’un véhicule prendra plusieurs jours avant d’être découvert et signalé», explique Cédric Couture, le chef du poste de quartier Saint-Laurent du Service de police de la Ville de Montréal (SPVM).

Dans le secteur qu’il couvre, de 30% à 60% des vols de voitures ont lieu dans les stationnements des hôtels.

En avril 2017, le SPVM avait procédé à l’arrestation de cinq voleurs qui œuvraient autour de l’aéroport. La carte de géolocalisation des crimes réalisée par Métro permet de constater une diminution des vols de voitures dans ce secteur à la suite de l’opération policière. Mais le creux fut de courte durée, à peine plus d’un mois.

Grâce à cette carte vous pourrez zoomer sur votre quartier, le type de crime à cartographier, et évaluer l’évolution depuis janvier 2015.

Depuis le début de l’année, les policiers du secteur ont effectué huit autres arrestations, mais le commandant Couture ne se fait pas d’illusion. «C’est un crime tellement payant qu’on s’attend à ce qu’il reprenne rapidement ou qu’il se déplace ailleurs», dit-il.

Dans le cas des véhicules de luxe, la ruse est particulière. Un premier voleur passe en journée pour noter les numéros de série des véhicules ciblés. Cela permet ensuite à ses complices de fabriquer de fausses clés électroniques, grâce aux moyens technologiques illicites dont ils disposent, et de voler en soirée un ou plusieurs véhicules, sans avoir à en forcer les portes.

Le secteur le plus risqué se trouve le long de l’autoroute Côte-de-Liesse (A-520), à l’est de l’aéroport. Ces 12 derniers mois,  on y a dénombré 179 véhicules volés, selon les données de la Ville, soit la moitié de tous les vols enregistrés autour de la zone aéroportuaire. C’est dans ce secteur que se trouvent les établissements Holiday Inn, Crowne Plaza, Econo Lodge, Travelodge et Quality Inn.

Comment font-ils face à ce problème? L’hôtel Quality Inn indique avoir changé avec succès l’angle d’une partie de ses caméras et avoir supprimé l’un des deux accès à son stationnement. L’hôtel Travelodge offre de son côté des cadenas similaires à des sabots de Denver aux conducteurs des véhicules les plus volés: les véhicules utilitaires sports et les camions de marque Toyota, Jeep et Ford. Les autres hôtels n’ont pas répondu aux questions de Métro.

«Il y a une corrélation directe entre le niveau des mesures de sécurité prises par les hôtels et le nombre de vols d’autos», affirme le chef du poste de quartier Saint-Laurent. Il suggère d’ailleurs aux vacanciers qui laissent leur voiture dans un établissement proche de l’aéroport de vérifier avec l’hôtel s’il y a des barrières de sécurité, des caméras ou des gardiens pour surveiller les allées et venues.

Autres faits saillants:

  • Ces 12 derniers mois, soit de mars 2017 à mars 2018, les entrées par effraction ont diminué de 20% dans le ghetto McGill. Avec 170 entrées par effraction en une année, le secteur reste l’un des plus ciblés pour ce type de crime.
  • Avec 41 vols avec violence rapportés autour du parc Émilie-Gamelin, la situation ne s’est pas améliorées l’année dernière. L’ouverture d’un boutique de la Société québécoise du cannabis (SQC) en face du parc fera-t-elle baisser la criminalité? En effet, les vols qualifiés dans ce secteur sont souvent liés à des transactions de drogue qui tournent mal, d’après le SPVM.

Avec Dominique Cambron-Goulet

Aussi dans Montréal :

Nous utilisons maintenant la plateforme de commentaires Facebook Comments sur notre site web. Grâce à celle-ci, vous pourrez laisser vos commentaires par l’entremise de votre compte Facebook directement sous les articles sur notre site web. Pour ceux qui ne sont pas membres du réseau social, nous vous invitons à faire vos commentaires via l’adresse courriel opinions@journalmetro.com. Merci de nous lire!