Josie Desmarais

BIXI-Montréal testera des lasers intégrés sur 55 de ses vélos afin de limiter les accrochages dus aux angles morts.

Le système intégré aux vélos BIXI permet de projeter un pictogramme de vélo sur la chaussée, à 5 mètres en avant du cycliste, permettant ainsi d’avertir les automobilistes et les piétons de l’arrivée imminente d’un «bixiclyste».

«Plus de 20% des déplacements effectués en territoire montréalais se font en soirée, ce qui représentera à la fin de l’année près d’un million de déplacements», a souligné mercredi Christian Vermette, le directeur général de BIXI-Montréal. Il a précisé que depuis le début de la saison, 22 collisions impliquant des vélos BIXI ont été enregistrées et que la majorité d’entre elles impliquaient des problèmes de visibilité.

Chaque laser coûte 150$, installation comprise, ce qui porterait la facture à 940 000$ s’il fallait en équiper les 6250 vélos BIXI. S’il convient que la facture totale serait alors non négligeable, M. Vermette souligne que sur la durée de vie de dix ans d’un vélo, ce serait relativement peu élevé.

«C’est aussi pour cela qu’on teste le produit en mode projet pilote», a ajouté le directeur général de BIXI Montréal, en précisant que l’efficacité du produit sera évaluée par sondage.

Marianne Giguère, l’élue responsable du transport actif à Montréal, s’est félicitée de ce projet pilote en soulignant que «les angles morts et la visibilité des cyclistes étaient un très gros enjeu de sécurité».

Aussi dans Montréal :

Nous utilisons maintenant la plateforme de commentaires Facebook Comments sur notre site web. Grâce à celle-ci, vous pourrez laisser vos commentaires par l’entremise de votre compte Facebook directement sous les articles sur notre site web. Pour ceux qui ne sont pas membres du réseau social, nous vous invitons à faire vos commentaires via l’adresse courriel opinions@journalmetro.com. Merci de nous lire!