Les résidences étudiantes que l’Unité de travail pour l’implantation de logement étudiant (UTILE) souhaitait aménager dans l’îlot Voyageur seront plutôt construites dans le Quartier latin.

Le gouvernement de Pauline Marois a indiqué vendredi que cette décision a été prise pour rentabiliser le projet.

«L’îlot Voyageur est un endroit très dispendieux, a fait savoir le député de Sainte-Marie–Saint-Jacques, Daniel Breton. Nous avons choisi de trouver un endroit plus abordable. Nous devons être raisonnable avec les fonds publics.»

«Au cours des discussions avec le gouvernement, on s’est rendu compte que, compte tenu de l’argent public qui aurait dû être investi dans le projet tel qu’on l’a annoncé, il y avait trop de risques», a expliqué pour sa part le coordonnateur de l’UTILE, Laurent Levesque.

L’UTILE avait demandé, en janvier, au gouvernement du Québec d’investir 46,6M$ pour la construction de 646 chambres étudiantes dans l’îlot Voyageur. Elle avait même lancé une pétition sur le site de l’Assemblée nationale pour faire valoir son point de vue

Aucun site du Quartier latin n’a été choisi pour accueillir les résidences étudiantes, mais l’UTILE entend le faire rapidement.

«On est là-dessus depuis quelques mois déjà et il y a plusieurs possibilités, a admis M. Levesque. Notre objectif, c’est de construire le plus rapidement possible.» M. Levesque a dit souhaiter que les résidences étudiantes ouvrent leurs portes en 2017.

Le gouvernement du Québec contribuera à la hauteur de 2M$ au projet de résidences étudiantes de l’UTILE. «C’est une coopérative ou un organisme à but non lucratif qui pourra réaliser ce projet  de résidences étudiantes à même les gains que nous faisons sur la vente de la partie nord [de l’îlot Voyageur], où seront construits des logements locatifs», a dit la première ministre Pauline Marois.

Une entente est survenue entre la Société immobilière du Québec (SIQ) et le Groupe d’investissement Aquilini pour acquérir au coût de 45,5M$ la portion nord de l’îlot Voyageur, a annoncé vendredi Mme Marois. La vente comprend des structures inachevées, un stationnement de 600 places, des locaux de la gare d’autocars et des droits superficiaires en vue d’une nouvelle construction.

Mme Marois a assuré que le processus menant au choix du Groupe Aquilini a été mené de façon «rigoureuse». «Une firme extérieure a évalué les différentes propositions qui étaient sur la table et la proposition la plus élevée, qui correspondait aux critères de rigueur et d’intégrité, était celle d’Aquilini», a-t-elle dit.

Avec la vente d’une partie de l’îlot Voyageur, la SIQ a réalisé un gain de 22M$.

Près de 700 unités de logement y seront construites par le Groupe Aquilini dans la partie nord de l’îlot Voyageur, ce qui comprendra des condominiums et des logements locatifs. La proportion de chacun n’a pas été déterminée par le Groupe Aquilini. Celui-ci entend investir 150M$ dans ses nouvelles installations. Les premiers résidants devraient y emménager vers juillet 2015.

La propriété de la Gare d’autocars de Montréal a quant à elle été confiée à l’Agence métropolitaine de transport (AMT). Celle-ci évaluera avec les sociétés de transport et les conseils intermunicipaux de transport comment elle peut bonifier son offre de service de transport en commun.

Le gouvernement poursuivra ses travaux au cours des prochains mois pour trouver un projet visant la portion sud de l’îlot Voyageur. La première ministre n’exclut pas le campus de santé publique de l’Université de Montréal, annoncé en 2011 par le gouvernement de Jean Charest, mais elle a dit vouloir explorer d’autres options.

Près de 250M$ de fonds publics ont été perdus dans le projet de l’îlot Voyageur, lancé en 2005 par l’Université du Québec à Montréal (UQAM). Des pavillons universitaires, des résidences étudiantes et des bureaux devaient y être aménagés avant que les coûts explosent. Le vérificateur général du Québec a blâmé, en 2008, la direction de l’UQAM pour négligence.

Aussi dans Montréal :

Nous sommes présentement en train de tester une nouvelle plateforme de commentaires sur notre site web. Grâce à Facebook Comments, vous pourrez laisser vos commentaires par l’entremise de votre compte Facebook directement sous les articles sur notre site web. Pour ceux qui ne sont pas membres du réseau social, nous vous invitons à faire vos commentaires via l’adresse courriel opinions@journalmetro.com. Merci de nous lire!