TORONTO — Le gouvernement fédéral veut travailler avec les provinces et les territoires pour élaborer des normes de carbone propre.

La ministre de l’Environnement, Catherine McKenna, en a fait l’annonce dans un discours livré vendredi devant la Chambre de commerce de Toronto alors qu’elle prépare le terrain pour la rencontre des premiers ministres qui se tiendra le mois prochain à Ottawa.

Dans deux semaines, le premier ministre Justin Trudeau devrait s’entretenir avec ses homologues des provinces et des territoires en vue de mettre en oeuvre un plan coordonné pour atteindre son objectif de réduction des émissions de gaz à effet de serre que le gouvernement canadien s’est engagé à respecter d’ici 2030.

Le gouvernement libéral a annoncé une série de politiques sur le climat cet automne pour rassurer les Canadiens préoccupés par l’environnement, tandis qu’il allait de l’avant avec des projets d’infrastructure dans le secteur de l’énergie.

La proposition de la ministre McKenna sur les normes de carbone propre devra toutefois être négociée avec les provinces, dont certaines ont déjà imposé leurs propres limites.

Mais un document d’information dévoilé vendredi par le ministère de l’Environnement du Canada indique que les normes fédérales s’appliqueraient à «plusieurs secteurs», bien au-delà des transports, allant du chauffage des édifices à l’énergie industrielle.

Les normes se baseront aussi sur «l’analyse du cycle de vie» du carburant, ce qui signifie que les émissions de production seront aussi prises en compte dans le calcul. La prochaine génération de biocarburants devra donc réduire d’autant plus leur empreinte carbone.

«Bien conçues, (les normes) stimuleront la production canadienne de biocarburants renouvelables dans le secteur de l’agriculture, qui utilisera les combustibles fossiles à faible émission de carbone comme le gaz naturel», a expliqué Mme McKenna.

Selon le ministère, un document de travail sur la question sera publié seulement au mois de février «pour guider les consultations qui se feront sous forme de rencontres, d’ateliers, et de groupes de travail techniques»

Ces nouvelles normes pourraient réduire les émissions de gaz à effet de serre du Canada de 30 millions de tonnes annuellement d’ici 2030.

La Colombie-Britannique a déjà ses propres normes, qui ont contribué à diminuer les émissions de 0,9 million de tonnes par année. Mais la province s’attend à ce que ce chiffre grimpe à 3,4 millions de tonnes annuellement d’ici 2030.

Clare Demerse, du groupe de réflexion de Vancouver Clean Energy Canada, la politique de la Colombie-Britannique s’est avérée «un succès très discret», alors que la province est arrivée à réduire la pollution sans grande opposition dans la population.

Selon un rapport de Clean Energy Canada publié le mois dernier, l’implantation du plan britanno-colombien à l’échelle du Canada contribuerait à réduire les émissions du Canada de 30 tonnes par année d’ici 2030.

Aussi dans National :

blog comments powered by Disqus