Danielle Duranseau de Senneterre a été reconnue coupable de commerce illégal d’œufs d’esturgeon et devra payer des amendes totalisant 187 975 $.

C’est l’opération Wapouca, débutée en 2008, qui a finalement permis aux agents de protection de la faune de l’Abitibi-Témiscamingue de mettre un terme aux activités illégales avec des perquisitions effectuées en 2009. Après des démarches judiciaires d’environ six ans, le jugement final a été rendu en mai dernier. Pas moins de 103 chefs d’accusation ont été retenus à l’endroit de Mme Duranseau qui, en plus des amendes, devra acquitter les frais de cour.

Le caviar était principalement écoulé dans la région de Montréal. La résidente de Senneterre s’approvisionnait auprès de fournisseurs de la région, qui ont reçu des constats d’infraction, nous a fait savoir Nancy Binette, agente de liaison à la Protection de la faune, sans pouvoir nous en indiquer le nombre le dossier n’étant pas terminé dans leur cas.

Les agents ont saisi 780 pots de caviar de 500 grammes, qui ont finalement été vendus par appel d’offres pour une somme de 26 350 $, qui a été versée au gouvernement du Québec.

«En vertu de l’article 70 de la Loi sur la conservation et la mise en valeur de la faune, il est interdit de vendre ou d’acheter du poisson d’une espèce dont la vente est interdite par règlement. Selon cette loi, la définition de poisson est la suivante: tout poisson, les œufs et les produits sexuels d’un tel poisson, tout mollusque ou tout crustacé aquatique. Chaque accusation est passible d’une amende de 1825 $», explique le ministère des Forêts, de la Faune et des Parcs par voie de communiqué.

La collaboration des citoyens est importante pour lutter contre les activités illégales envers la faune. Le numéro de SOS Braconnage est le 1 800 463-2191 et les informations reçues demeurent confidentielles.

Aussi dans National :

Nous utilisons maintenant la plateforme de commentaires Facebook Comments sur notre site web. Grâce à celle-ci, vous pourrez laisser vos commentaires par l’entremise de votre compte Facebook directement sous les articles sur notre site web. Pour ceux qui ne sont pas membres du réseau social, nous vous invitons à faire vos commentaires via l’adresse courriel opinions@journalmetro.com. Merci de nous lire!