Josie Desmarais/Métro Diane Francœur, présidente de la FMSQ

MONTRÉAL — La Fédération des médecins spécialistes du Québec (FMSQ) ne veut plus négocier avec le ministre de la Santé, Gaétan Barrette. Elle demande au premier ministre de confier le dossier au président du Conseil du trésor, Pierre Moreau.

La présidente de la FMSQ, Diane Francoeur, a rencontré la presse, jeudi à Montréal, pour faire le point sur deux dossiers qui font les manchettes, ces jours-ci, à savoir le paiement des «frais accessoires» en santé et celui des échographies.

Elle a une fois de plus déploré le flou qui entoure la définition de ces frais accessoires et dénoncé la précipitation du ministre Barrette à vouloir les interdire sans négocier comment, où ces services seront offerts et à quels tarifs.

«L’information diffusée par le ministère de la Santé est incomplète et soulève plus de questions qu’elle n’apporte de réponses tant chez les patients que chez les médecins. Ce qui est permis est flou. Ce qui est interdit est flou», a critiqué la docteure Francoeur.

Le règlement sur les frais accessoires entre en vigueur le 26 janvier, soit jeudi prochain. Théoriquement, les médecins ne pourront plus exiger de paiement pour des services qui sont assurés.

«Dès le 26 janvier, lorsque vous pouvez utiliser votre carte d’assurance-maladie pour l’obtention d’un service de santé assuré, aucun paiement ne pourra être exigé de votre part. C’est un geste important que nous posons pour améliorer l’accessibilité» aux soins, avait affirmé le ministre Barrette, à la mi-janvier.

Depuis, le flou entoure le paiement de certains de ces services, que les médecins ne veulent pas tous assumer. Il en résulte des craintes quant à l’accessibilité à ces services.

La docteure Francoeur demande au gouvernement de prendre quelques mois de plus pour mieux définir, mieux encadrer ces frais, afin que la situation soit plus claire pour tout le monde.

Et comme elle affirme ne plus avoir confiance dans le ministre Barrette, elle demande au premier ministre Philippe Couillard de confier la négociation au ministre Moreau, nouvellement nommé au Trésor.

Par ailleurs, elle a indiqué qu’elle soumettrait à ses délégués, lors d’une réunion spéciale, «un plan qui sera orienté sur notre droit de défendre les conditions d’exercice de la médecine spécialisée».

Interrogée à ce sujet, elle a précisé qu’il ne s’agissait pas là de menaces de moyens de pression. Elle a rappelé que les médecins spécialistes «n’ont aucune obligation d’ouvrir des cabinets pour dispenser leurs soins».

En conséquence, «les médecins ont le plein droit de décider de maintenir, d’augmenter ou de diminuer l’offre de services de leurs cliniques», a-t-elle prévenu.

Dans un communiqué publié en soirée, la FMSQ a par ailleurs annoncé avoir retenu les services de Lucien Bouchard pour la représenter dans d’éventuels recours juridiques qu’elle pourrait intenter.

Aussi dans National :

Nous utilisons maintenant la plateforme de commentaires Facebook Comments sur notre site web. Grâce à celle-ci, vous pourrez laisser vos commentaires par l’entremise de votre compte Facebook directement sous les articles sur notre site web. Pour ceux qui ne sont pas membres du réseau social, nous vous invitons à faire vos commentaires via l’adresse courriel opinions@journalmetro.com. Merci de nous lire!