Ryan Remiorz Ryan Remiorz / La Presse Canadienne

MONTRÉAL — Après avoir été désigné porte-parole de Québec solidaire, Gabriel Nadeau-Dubois a réussi haut la main son deuxième test électoral lors de l’élection partielle dans Gouin, lundi soir.

Le candidat solidaire a récolté la plus forte majorité dans la circonscription depuis sa création, en 1966.

M. Nadeau-Dubois a écrasé ses adversaires, recevant plus de 69 pour cent du vote populaire, contre son plus proche rival, le libéral Jonathan Marleau, qui s’est contenté de moins de 9 pour cent des voix. M. Nadeau-Dubois a plus de 8500 voix de majorité.

La candidate d’Option nationale, Vanessa Dion, était non loin derrière, avec près de 8 pour cent du vote, un score qui a réjoui le parti indépendantiste. Le caquiste Benjamin Bélair n’a reçu que 6,7 pour cent, devant le chef du Parti vert, Alex Tyrrell, qui a recueilli 4,6 pour cent. Le Parti québécois n’avait pas présenté de candidat.

Comme c’est souvent le cas lors d’élections partielles, le taux de participation était très bas. Il s’est établi à seulement 32,7 pour cent.

En entrevue, M. Nadeau-Dubois a dit accepter humblement sa victoire, tout en reconnaissant qu’il avait obtenu un «mandat clair et fort» des citoyens de Gouin, une circonscription située dans le quartier Rosemont-LaPetite-Patrie, à Montréal.

«C’est un honneur incroyable. Ça me rend très humble et je suis très reconnaissant. Je suis aussi conscient de l’immense responsabilité que ça représente, ce n’est pas tout le monde qui est élu la première fois avec un pourcentage comme celui-là, j’en suis très conscient», a-t-il déclaré.

«Ma vie vient de changer radicalement, ce sont de grosses responsabilités, mais la politique, c’est un sport d’équipe et j’ai eu une équipe autour de moi durant toute cette campagne-là», a ajouté celui qui aura 27 ans dans deux jours.

Le candidat solidaire succédera à Françoise David, députée du même parti qui a démissionné en janvier pour des raisons de santé. Lors d’un discours devant les partisans, Mme David a assuré aux gens de Gouin qu’ils avaient élu un député travaillant et «qui aime les gens».

«Gabriel a le tour de parler aux gens et il les écoute aussi. C’est une grande qualité chez un ou une députée», a-t-elle ajouté.

Un nouveau député progressiste

Devant la foule, M. Nadeau-Dubois a déclaré que lui et son équipe avaient «trouvé la recette de la victoire» et qu’ils avaient gagné une bataille, même s’ils devront en affronter bien d’autres pour arriver au pouvoir.

«Cette élection ne chassera pas les libéraux du pouvoir, mais en choisissant ma candidature, en choisissant Québec solidaire, les gens de Gouin ont pris une décision importante, lourde de sens. Ils ont décidé d’envoyer à l’Assemblée nationale un député progressiste de plus», a-t-il affirmé.

M. Nadeau-Dubois ne semble pas avoir été affecté outre mesure par les querelles opposant son parti et le Parti québécois (PQ), qui a été heurté par la décision de QS de ne pas conclure de pactes électoraux en vue des prochaines élections générales. Certains péquistes et bloquistes avaient annoncé qu’ils se tourneraient vers la candidate d’Option nationale, Vanessa Dion.

Gabriel Nadeau-Dubois a joué un rôle de premier plan dans la crise étudiante de 2012, mais contrairement aux autres leaders étudiants, il ne s’était pas tourné vers les partis politiques après cette période intense. Il a fait des études en histoire, en philosophie, puis en sociologie, avant de lancer l’initiative «Faut qu’on se parle», une tournée du Québec qui lui a donné la piqûre de l’engagement politique, selon ses dires.

Avec l’élection de M. Nadeau-Dubois, Québec solidaire se retrouve avec trois députés à l’Assemblée nationale, avec Amir Khadir et Manon Massé.

M. Nadeau-Dubois devrait être assermenté comme député la semaine prochaine.

Les principaux candidats en bref:

Gabriel Nadeau-Dubois (QS) : 69,22 pour cent des voix

– Âgé de 26 ans.

– Détient une maîtrise en sociologie et a fait des études en philosophie. Il est l’auteur de l’essai «Tenir tête», racontant la crise étudiante de 2012, qui lui a valu le Prix du gouverneur général.

– Nouveau membre de Québec solidaire en mars, il est devenu porte-parole du parti le 21 mai dernier.

Jonathan Marleau (PLQ) : 8,93 pour cent des voix

– Âgé de 25 ans.

– Sous sa présidence, la commission jeunesse du PLQ avait adopté une résolution favorable à l’économie de partage, dont Uber, et ainsi amené le gouvernement Couillard à revoir sa position sur cette question.

– Anciennement impliqué dans la Fédération étudiante collégiale du Québec (FECQ).

Vanessa Dion (ON) : 7,86 pour cent des voix

– Âgée de 25 ans.

– Diplômée en théâtre, Mme Dion est comédienne.

– Elle étudie actuellement en science politique à l’Université du Québec à Montréal (UQAM).

Benjamin Bélair (CAQ) : 6,72 pour cent des voix

– Âgé de 39 ans.

– Il est professeur de philosophie au collège Montmorency depuis 2005.

– Il est secrétaire exécutif de la commission politique de la Coalition avenir Québec.

Alex Tyrrell (PVQ) : 4,58 pour cent des voix

– Âgé de 29 ans, il est le chef du Parti vert depuis qu’il a 25 ans.

– Étudie en ce moment en sciences environnementales à l’Université Concordia.

– Il s’est présenté sans succès dans plusieurs autres élections partielles, dont Outremont en 2013, Lévis en 2014 et Chicoutimi, en 2016.

Aussi dans Montréal :

Nous utilisons maintenant la plateforme de commentaires Facebook Comments sur notre site web. Grâce à celle-ci, vous pourrez laisser vos commentaires par l’entremise de votre compte Facebook directement sous les articles sur notre site web. Pour ceux qui ne sont pas membres du réseau social, nous vous invitons à faire vos commentaires via l’adresse courriel opinions@journalmetro.com. Merci de nous lire!