Getty Images

Les médias sociaux occupent une grande place dans nos vies. Cependant, la popularité de ces plateformes commence à fléchir, laissant la place aux applications de messagerie. Métro s’est intéressé au phénomène.

Certains ne peuvent s’imaginer une journée sans consulter Twitter, publier une photo sur Instagram, diffuser une opinion sur Facebook ou encore partager une vidéo YouTube. Selon le Global Digital Report 2018 publié par We Are Social et Hootsuite, le nombre d’internautes a atteint 4,021 milliards de personnes en 2018, en hausse de 7% par rapport à l’année précédente. Le nombre d’utilisateurs des médias sociaux se chiffre quant à lui à 3,196 milliards, en croissance de 13% par rapport à 2017.

Les statistiques confirment que la majorité des internautes (79%) utilisent les réseaux sociaux. Et que la croissance de ceux-ci est plus rapide que celle des internautes.

«Chaque jour, dans la dernière année, environ un million de personnes ont utilisé un réseau social pour la première fois, l’équivalent de 11 nouveaux utilisateurs à la seconde», note l’étude.

Selon les spécialistes, les médias sociaux sont populaires parce qu’ils permettent à leurs usagers de prendre des nouvelles de leurs amis, des membres de leur famille et même de leurs célébrités favorites. C’est aussi un simple outil de divertissement.

«Les gens aiment les réseaux sociaux parce qu’ils sont amusants et divertissants. Ils nous permettent une proximité avec notre entourage et avec ceux et celles que nous admirons. Ils font tomber les barrières entre vous et les marques, les célébrités», souligne Natalie Sherman, fondatrice de @NlySocial, une agence spécialisée en communication et en médias sociaux.

Récemment, ces plateformes ont prouvé qu’elles n’étaient pas que destinées au divertissement, en servant d’élan pour des causes et des mouvements sociaux comme #MeToo. «Sans les réseaux sociaux, les campagnes comme #MeToo n’auraient pas eu autant d’attention mondiale, et les voix de plusieurs n’auraient pas été entendues», ajoute Mme Sherman.

La messagerie plus populaire
Alors que les statistiques montrent que les médias sociaux figurent parmi les «refuges» les plus populaires de l’internet, les applications de messagerie gagnent du terrain et se positionnent de plus en plus comme des solutions de rechange. Plusieurs études le démontrent. Un rapport de Business Insider Intelligence a révélé l’an dernier que le nombre d’utilisateurs des quatre applications de messagerie les plus populaires dépassait désormais le nombre d’usagers des quatre médias sociaux les plus utilisés.

Et selon le Global Digital Report 2018, WhatsApp et Messenger ont crû deux fois plus rapidement que Facebook. L’utilisation de ces deux applications a connu une hausse de 30% entre 2017 et 2018. Une autre étude, de l’agence Hub­Spot Research, estime que le nombre d’utilisateurs mensuels des applications de messagerie s’élève à plus de cinq milliards. WhatsApp en est le champion avec son 1,5 milliard d’usagers.

«Le plus grand défi de la diffusion de l’information sur les applications de messagerie, c’est la désinformation.» – Antonis Kalogeropoulos, moniteur de recherche postdoctorale au Reuters Institute for the Study of Journalism

Les applications de messagerie gagnent aussi du terrain pour ce qui est du partage de nouvelles (une des activités les plus populaires sur les médias sociaux), alors que Facebook (le réseau social le plus populaire) en perd. C’est ce qui ressort d’une étude du Reuters Institute for the Study of Journalism de l’université d’Oxford.
La même étude révèle que l’utilisation de Facebook pour le partage de nouvelles décline depuis 2016 dans plusieurs pays. Aujourd’hui, de plus en plus de gens utilisent les applications de messagerie comme WhatsApp pour diverses raisons (44%) alors que le nombre de ceux et celles qui le font pour partager des nouvelles a plus que doublé en quatre ans, pour atteindre 16%.

«Notre groupe échantillon provenant de quatre pays (États-Unis, Royaume-Uni, Allemagne et Brésil) indique que les comptes Facebook ont tellement pris d’ampleur dans les dernières années que leurs usagers ne sont plus à l’aise d’y diffuser du contenu publiquement. Résultat : ils migrent vers les applications de messagerie, avec lesquelles ils sont sûrs de parler à quelqu’un à qui ils veulent vraiment parler», indique Antonis Kalogeropoulos, moniteur de recherche postdoctorale au Reuters Institute for the Study of Journalism et auteur de la recherche.

«Les gens qui utilisent les applications de messagerie recherchent quelque chose de plus privé, poursuit-il. Nous remarquons aussi le même phénomène dans des pays plus autoritaires, alors que certaines personnes souhaitent parler plus librement de politique.»

Ces statistiques démontrent-elles que les réseaux sociaux pourraient se faire damer le pion par les applications de messagerie?

«J’en doute, avance Benjamin Toff, professeur adjoint à la Hubbard School of Journalism and Mass Communication de l’université du Minnesota. Les applications de messagerie et les médias sociaux sont complémentaires. Plusieurs utilisent les deux et continueront de le faire.»

La psychologie du «j’aime»

Métro s’est entretenu avec Benjamin Toff, professeur adjoint à la Hubbard School of Journalism and Mass Communication de l’université du Minnesota.

Au-delà du pur divertissement, quelle est l’importance des médias sociaux?
Comme le démontre la plus récente étude de Pew, de plus en plus de gens sur la planète utilisent les réseaux sociaux pour s’informer sur ce qui se passe dans leurs communautés. Les plateformes de médias sociaux n’ont pas remplacé les journaux et la télévision, mais elles jouent un rôle de plus en plus important dans la diffusion des nouvelles, en plus d’offrir des tribunes pour les commenter.

Grâce aux algorithmes, des entreprises privées à la tête de ces réseaux sociaux jouissent d’un pouvoir énorme pour façonner les messages et les nouvelles qui se rendent jusqu’aux utilisateurs. Cela peut influencer la compréhension et la participation des utilisateurs sur un grand nombre de questions politiques. Les chercheurs essaient encore de comprendre l’influence exacte des médias sociaux, mais une chose est sûre, l’effet dépasse largement le monde du divertissement.

Pourquoi les réseaux sociaux sont-ils si populaires?
La plupart des gens sont attirés par eux pour des raisons qui ont peu à voir avec les nouvelles. Plusieurs souhaitent seulement prendre des nouvelles de leurs amis et des membres de leur famille, diffuser des photos et des vidéos, garder le contact avec des connaissances, etc. Les psychosociologues pourraient vous donner une réponse plus précise quant à l’attrait de ces plateformes pour les humains.

Est-ce que la popularité des médias sociaux a fléchi dans les dernières années?
En parlant à mes étudiants, je constate que Facebook est devenu victime de son propre succès. Comme tout le monde l’a rejoint, il perd de son attrait pour des utilisateurs plus jeunes qui ne souhaitent pas être sur la même plateforme que leurs parents et leurs grands-­parents.

Certaines études montrent que les applications de messagerie remplacent les médias sociaux…
Je crois que plusieurs sont attirés par les applications de messagerie, car elles sont plus privées. Certains ne sont pas intéressés à diffuser des messages à tout leur réseau et même plus.

Les cinq applications de messagerie les plus populaires

  • WhatsApp : L’application détenue par Facebook est la plus populaire, avec 1,5 milliard d’utilisateurs dans le monde.
  • Facebook Messenger : Le système de messagerie du réseau social de Mark Zuckerberg arrive au deuxième rang, avec 1,3 milliard d’utilisateurs.
  • WeChat : Le service de messagerie et de boîte vocale créé par l’entreprise chinoise Tencent compte un peu plus d’un milliard d’usagers.
  • QQ Mobile : Cette application de messagerie sur ordinateur, aussi faite par Tencent, compte 806 millions d’utilisateurs.
  • Skype : Le logiciel de Microsoft qui permet des communications par clavardage, messagerie et vidéo sur l’internet se classe au cinquième rang, avec 300 millions d’usagers actifs.

Aussi dans National :

Nous utilisons maintenant la plateforme de commentaires Facebook Comments sur notre site web. Grâce à celle-ci, vous pourrez laisser vos commentaires par l’entremise de votre compte Facebook directement sous les articles sur notre site web. Pour ceux qui ne sont pas membres du réseau social, nous vous invitons à faire vos commentaires via l’adresse courriel opinions@journalmetro.com. Merci de nous lire!