Isabelle BergeronArchives TC Media

Plus de la moitié des banques alimentaires du Québec ont dû aider davantage de personnes dans le besoin au cours de la dernière année.

D’après le Bilan Faim, dévoilé mardi, 56% des organismes québécois de dépannage alimentaire ont constaté en 2014-2015 une augmentation de la demande de la part de ménages qui peinaient à remplir leur garde-manger. Celle-ci a crû en tout et pour tout de 4%, ce qui fait en sorte que pas moins de 163 152 Québécois ont dû recevoir un coup de main pour s’alimenter. Près du tiers de ceux-ci (36,4%) était des enfants.

Les ménages recevant de l’aide sociale représentent la plus grosse proportion (46%) de bénéficiaires de l’aide alimentaire. Ils sont quelque peu plus nombreux que ceux qui ont un revenu (41%), provenant entre autres d’un emploi (16%), d’une rente d’invalidité (18%) ou d’un régime de retraite (7%).

«Les ménages qui prennent la décision difficile de demander l’aide de banque alimentaire ont tendance à être ceux qui souffrent le plus gravement d’insécurité alimentaire, car leur revenu est trop faible pour leur permettre de [répondre] à leurs besoins les plus fondamentaux», est-il écrit dans le rapport du Bilan Faim.

La majorité de ces ménages dans le besoin (67%) vivent dans un logement non-subventionné. Certains (7%) sont même propriétaire d’une maison. Seulement 20% de ces personnes moins bien nanties reçoivent aussi une aide pour se loger dans un appartement.

Dans le Bilan Faim, des propositions sont faites pour freiner le recours aux banques alimentaires. Il est notamment question de mettre en place un revenu de base pour remplacer les programmes provinciaux d’aide sociale, d’augmenter le nombre de logements abordable et de bonifier les mesure d’employabilité et de formation pour les personnes analphabètes.

Quelques chiffres sur Montréal

Moisson Montréal a compilé les chiffres pour la région. Voici les faits saillants :

  • Au total, 146 230 personnes, dont 33 860 enfants (23 % des bénéficiaires), ont reçu une aide alimentaire d’urgence au cours du mois de mars 2015 contre 140 706 en mars 2014
  • 65 108 personnes ont bénéficié de paniers de provisions en mars 2015 contre 70 558 en 2014
  • 478 620 portions (repas, collations, popotes roulantes, cuisines collectives) ont été servies en 2015, contre 392 826 en 2014, soit une hausse de 22 %
  • Les célibataires (avec et sans enfants) demeurent le groupe de répondants qui demande le plus d’aide alimentaire
  • Le pourcentage d’étudiants qui reçoit des paniers de provisions (5,1%) ne fait qu’augmenter depuis 2012
  • 67,6 % des ménages bénéficiaires du programme de provisions sont locataires de logements privés
  • La plus forte concentration d’organismes s’observe dans Ville-Marie (40 organismes), dans Villeray–St-Michel–Parc-Extension (20 organismes) et dans le Sud-Ouest (19 organismes)

Aussi dans National :

Nous utilisons maintenant la plateforme de commentaires Facebook Comments sur notre site web. Grâce à celle-ci, vous pourrez laisser vos commentaires par l’entremise de votre compte Facebook directement sous les articles sur notre site web. Pour ceux qui ne sont pas membres du réseau social, nous vous invitons à faire vos commentaires via l’adresse courriel opinions@journalmetro.com. Merci de nous lire!