Cette semaine, l’équipe de Métro a écouté les derniers albums de Regina Spektor, The Dillinger Escape Plan, Saratoga et Mauves.

Unique
Regina Spektor
Remember us to life
Note: ****

Certains pensent que la pop n’est pas sérieuse. Ça ne peut pas être plus faux quand on écoute le nouvel opus ultra léché de Regina Spektor. L’Américaine d’origine russe offre une prose riche, souvent inspirée de sa nouvelle vie de mère. Ce qui nous plaît particulièrement de l’artiste, c’est son unicité. On reconnaîtrait sa voix cristalline, ses mélodies imprévisibles et son jeu de piano remarquable entre mille. Les pièces Sellers of Flowers et Obsolete sont particulièrement poignantes. Remember Us to Life, son septième album, est définitivement un de ses meilleurs. – Rachelle McDuff

Mourir dans la gloire
The Dillinger Escape Plan
Dissociation
Note: ****

Avant d’entamer la composition de Dissociation, The Dillinger Escape Plan savait que ce serait son dernier album. C’est clair. Ces gars-là n’allaient pas disparaître comme un pétard dans l’eau. Ils nous offrent ici une sorte d’examen final du mathcore, une preuve indéniable qu’ils maîtrisent leur art à la perfection. Loin de se calmer, ils pèsent sur l’accélérateur, nous offrant les pièces crève-oreilles les plus solides depuis Miss Machine (2004) et Ire Works (2007). La finale éponyme de l’album, une ballade avec un quatuor à cordes, ferme le cercueil, le barre à double tour. – Jeff Yates

Tout doux
Saratoga
Fleur
Note: *** 1/2

Fleur, le premier album complet du duo folk Saratoga, est tout en douceur. Les superbes harmonies de voix de Chantal Archambault et de Michel-Olivier Gasse ainsi que les rythmes simples, mais accrocheurs, de guitares et de contrebasse nous donnent juste envie d’être bien. Un bon album quand on feele un peu tout croche ou quand on a juste le goût de relaxer un brin. Bref, parfait pour combattre le gris et la froidure de l’automne. Cent fois mieux qu’un café à la «vraie» citrouille offert à tous les saprés coins de rue. – Mathieu Horth Gagné

Poético-psychédélique
Mauves
Coco
Note: ***

Les membres du groupe Mauves présentent avec Coco un troisième album homogène et peaufiné, mais plus léger que ce à quoi le groupe nous a habitués auparavant. Sans pour autant perdre en qualité, Coco saura rejoindre un public plus large avec sa pop ultra colorée, sa prose déjantée et sa vibe rappelant celle des années 1960. Gageons que vous vous demanderez souvent : «Mais qu’est-ce que je viens juste d’écouter là?» Ce ne sera certainement pas désagréable d’y prêter l’oreille une deuxième fois. – Virginie Landry

Aussi dans Culture :

blog comments powered by Disqus