Myriam Frenette/Collaboration spéciale

Cette semaine, Métro craque pour L’histoire du monde 
racontée par du monde, Fantasia, Nanette, le patio culturel, France-Croatie au parc Jean-Drapeau, Whitney et Charles Beauchesne parle de la peste noire pendant 
60 minutes.

1. L’histoire du monde 
racontée par du monde
Tanné du théâtre de péteux de broue? Le Théâtre du Bas de la Ville, (fausse) troupe d’amateurs des bas-fonds d’Hochelaga-
Maisonneuve se spéciale dans les reconstitutions historiques, met en vedette la crème de la crème du «vra» monde : Christie (Christine Morency), parfaite pour interpréter Cléôpâtre puisqu’elle a déjà dansé au café du même nom, Kelly-Anne (Anne-Hélène Prévost), la barmaid du bar les Patriotes, qui trippe sur les «Pet-bulls» (vodka-RedBull-Whippet), le vendeux de pot qui préfère qu’on taise son nom ou le gars gêné qui travaille de nuit au Tim Hortons sur Ontario. Le budget décor et costumes n’est peut-être pas au rendez-vous, mais les rires et les blagues salaces compensent. Saluons également le travail de l’auteure et narratrice Marie-Lise Chouinard, dont «les rimes sont aussi pauvres [qu’elle]», qui parvient à rendre intelligibles (et hilarants) la guerre civile romaine et les péripéties de Jeanne d’Arc. – 
Benoit Valois-Nadeau

2. Fantasia
Le festival de films par excellence pour les amateurs d’horreur, de thrillers, de kung-fu, de comédies romantiques japonaises, ou d’un mélange de tout ça, est de retour. On prend plaisir à faire la file pour assister à des films qu’on ne verra peut-être jamais ailleurs; on prend une chance sur des films obscurs. La programmation éclectique comprend notamment le polar Fleuve Noir, avec Vincent Cassel, Laplace’s Witch de Takashi Miike, l’intrigant Summer of ‘84 du trio RKSS (Turbo Kid) ou encore 
The Howling, film culte des années 1980. Mention spéciale à la foule passionnée qu’attire Fantasia. Meow! Jusqu’au 2 août, 
principalement à l’Université Concordia. – Carine Touma

3. Nanette
Hannah Gadsby quitte l’humour. Et elle le fait en grand avec Nanette, un «Netflix Special» bouleversant sur le rôle de la comédie et des séquelles qui viennent avec une carrière basée sur l’autodérision. Nanette, c’est plus qu’une critique de l’industrie du stand-up, c’est un cri du cœur, un désir fracassant de raconter sa propre histoire correctement, justement, sans pression, sans tensions, sans punchline. Nanette, c’est une révolution d’une heure et neuf minutes qui doit absolument être écoutée attentivement. Disponible sur Netflix. – Camille Lopez

4. Le patio culturel
Situé entre la (magnifique!) bibliothèque d’Hochelaga et la maison de la culture au coin des rues Ontario et Desjardins, le patio culturel est un charmant petit espace éphémère aménagé différemment chaque année et qui est en place tout l’été. Cette fois, c’est un croque-livres géant qui a été installé au milieu de la place avec des hamacs autour. Si on y va surtout pour se reposer et lire quelques chapitres d’un livre emprunté sur le pouce, les gens sont aussi conviés à des activités culturelles et gourmandes sporadiques. Ah, les joies de la vie de quartier! – Virginie Landry

5. France-Croatie au parc Jean-Drapeau
Le dernier des 64 matchs de la Coupe du monde 2018 de foot aura droit à une présentation spéciale, sur écran géant, sur le parterre de l’île Notre-Dame. Un cadre parfait, car l’événement tombe le dernier jour des festivités des Week-ends du monde, qui «pronent l’échange et le partage des cultures». Aux Colombiens, Tunisiens et Brésiliens, qui seront à l’honneur, s’ajouteront des partisans de la France et de la Croatie pour le duel le plus important de l’année au pays du ballon rond. Et on prévoit du soleil! Dimanche 
à partir de 10h (coup d’envoi à 11h). – Baptiste Barbe

6. Whitney
Sa déchéance nous l’a peut-être fait oublier, mais Whitney Houston fut à son époque une star hors normes au talent exceptionnel. Kevin McDonald (The Last King of Scotland) retrace la vie souvent triste de la diva aux 200 millions d’albums vendus dans un documentaire franchement intéressant (même pour les non-fans, comme moi). Même si tous les ingrédients d’une musicographie sont réunis (enfance trouble, parents abusifs, ascension fulgurante et plongée dans «l’enfer de la drogue»™), jamais Whitney ne tombe dans le voyeurisme ou le racolage. Il s’agit plutôt 
d’un portrait plein d’humanité de l’interprète de 
I Will Always Love You et des démons qui l’habitaient. – Benoit Valois-Nadeau

7. Charles Beauchesne parle de la peste noire pendant 
60 minutes
Le titre est sans équivoque. Dans Charles Beauchesne parle de la peste noire pendant 60 minutes, l’humoriste Charles Beauchesne parle de la peste noire pendant… 
60 minutes, Powerpoints à l’appui. Des causes et des effets de cette terrible pandémie qui a ravagé l’Europe au XIVe siècle, mais aussi de la folie qui s’est emparée des survivants qui croyaient assister à l’apocalypse (on vous suggère de googler «flagellants» pour plus de détails morbides). Une conférence «historico-comique» parfaite pour les amateurs d’histoire, de macabre ou d’humour, évidemment! Ce soir à 22h aux Katacombes dans le cadre du ZooFest. – Benoit Valois-Nadeau

Et on se désole pour

Les plans 
de Skyscraper
Un homme armé outillé d’un rouleau de duct tape et d’une prothèse fera tout pour sauver sa famille. «C’est stupide», Dwayne «The Rock» Johnson le dira lui-même. Mais dans ce film d’action exagéré, ce sont surtout les mauvais plans qui déçoivent. Le stratagème des méchants à usage unique. Les gros plans dans les scènes de bagarre hyper-éditées. Pourtant, certains clichés sont évités, comme le businessman têtu ou encore des Chinois qui parlent anglais entre eux. Si le plan marketing gavage-à-la-Despacito vous a donné le goût d’aller voir ce film, de grâce allez-y un mardi. – Carine Touma

Aussi dans Culture :

Nous utilisons maintenant la plateforme de commentaires Facebook Comments sur notre site web. Grâce à celle-ci, vous pourrez laisser vos commentaires par l’entremise de votre compte Facebook directement sous les articles sur notre site web. Pour ceux qui ne sont pas membres du réseau social, nous vous invitons à faire vos commentaires via l’adresse courriel opinions@journalmetro.com. Merci de nous lire!