Dave Richer croit que la variété est importante en humour et qu'il faut des humoristes de tous les genres... dont des personnes handicapées.

Si Jean-Marc Pa­rent s’est fait connaître grâce à un numéro où il imitait une personne handicapée, Dave Richer s’est plutôt servi de son véritable handicap pour percer dans le domaine de l’humour. Pour le comique, qui éprouve des difficultés d’élocution en raison d’un manque d’oxygène au cerveau à la naissance, rire de soi est non seulement une thérapie, mais aussi un métier. «Au début, personne ne croyait en moi… sauf moi! dit-il. Tout le monde me disait que je n’y arriverais jamais. J’ai travaillé très fort pour arriver où je suis.»

Après des études en art dramatique au cégep Saint-Laurent, Dave Richer a fait ses véritables premiers pas en humour en 2003 grâce à Mike Ward, qui l’a invité à son Gala du Grand Rire, puis lui a donné la réplique dans son one man show le même été. À l’époque, Richer avait déjà décidé de miser sur le politiquement incorrect. Mike Ward le présentait comme un humoriste insupportable et imbu de lui-même, invitant le public à l’envoyer promener. Ce que les gens faisaient, pour ensuite découvrir qu’ils venaient d’insulter une personne handicapée…

«J’aime beaucoup rire de moi et des situations auxquelles les personnes han­dicapées doivent faire face, affirme l’humoriste. Il n’y a rien de tel que l’humour pour dédramatiser une situation. Et puis, j’aime me servir de l’humour pour faire passer des messages… C’est une des meilleures façons d’atteindre les gens!»

Selon Dave Richer, les personnes handicapées sont trop peu nombreuses à Å“uvrer en humour.
«En fait, je pense que c’est important d’avoir un peu de tout, dit-il. Chaque humoriste est unique et apporte quelque chose de différent. Moi, j’ai appris à utiliser mon handicap comme un élément qui apporte quelque chose à mon spectacle.»

Il lui arrive tout de même encore d’être nerveux en montant sur scène. «J’ai parfois peur que le monde ne me comprenne pas quand je parle, avoue-t-il. Généralement, les gens restent surpris durant les deux premières minutes de mon numéro. Ils se disent : « C’est quoi, ça? » Puis, une fois que la surprise est passée, ils embarquent!»

Celui qui présentera un spectacle en solo ce soir dit recevoir pratiquement toujours une belle réponse de la part du public. «Un jour où je faisais un duo avec Jean-François Mercier, j’ai eu un méga trou de mémoire au milieu d’un numéro, raconte-t-il. Mais le public a super bien réagi, et ç’a été un moment extraordinaire. On a eu droit à une ovation à la fin!»

60 minutes avec Dave Richer
Studio Juste pour rire
Ce soir à 19 h 30

Aussi dans Culture :

blog comments powered by Disqus