Kevin Mazur WireImage Une des photos officielles de la tournée Artpop de Lady Gaga.

Un an et demi après être «née de cette façon» sur la scène du Centre Bell, Lady Gaga a montré mercredi qu’elle a toujours autant le sens du spectacle. Prenez ça, détracteurs.

S’il y a une chose qu’elle sait faire, LG, c’est une entrée remarquée. Émergeant des profondeurs de la scène du Centre Bell dans son léotard à paillettes, la star a lancé son party comme il se doit: en grand. Sur les passerelles illuminées de couleurs fluo, ses danseurs s’activaient déjà, certains tenant de gros ballons colorés, tandis que les machines à confettis déversaient leur trop-plein. Après Artpop, pièce-titre de son dernier bébé, lancé en novembre, la chanteuse a accueilli ses fidèles à sa grand-messe démente: «Montréal! Bienvenue au Artrave! Je vous adore mes petits monstres! a-t-elle lancé. And now in English: put your fucking hands up!»

Trois lettres ont suffi pour enflammer la fête promise. G.U.Y. Du coin à la vue semi-obstruée où nous étions assise, le parterre offrait un spectacle réjouissant: la folie semblait totalement généralisée. Il y avait des glowsticks et des gens qui sautaient partout. Partout.

Mais enchaînons. Après être replongée dans le sol, en ressortant quelques instants plus tard dans un soutif de coquillages façon Ariel, la p’tite sirène et portant une perruque de déesse, Lady Gaga s’est lancée dans Venus, appelant ses p’tits monstres à célébrer Artpop, «un album d’amour et de créativité».

Se plaçant ensuite au micro telle une actrice durant son discours de remerciement aux Oscars, elle a répété à quel point le lien qui l’unit à notre métropole est «spécial». Puis, interrompant un moment son monologue, elle a dit avoir remarqué une personne dans la foule tenant une pancarte. Elle a lu ladite pancarte, sur laquelle un petit monstre avait écrit, à l’adresse de Lady G: «Mon oncle est décédé ce matin, peux-tu chanter Edge of Glory pour lui?»

Visiblement émue, la vedette s’est exécutée. Spontanément, on imagine, puisque ce n’était pas prévu sur la playlist. «Je suis désolée pour ton oncle, baby girl, mais il danse dans les flammes ce soir!» a-t-elle lancé après ce numéro où elle a chanté quasi a capella, accompagnée vers la fin par un doux piano.

Lady Gaga "The ARTPOP Ball" Tour Opener

Sitôt après, la fête a repris. «Vous vous souvenez de celle-là?» s’est-elle enquise avant le tube Just Dance. Tu parles. Faque comme les gens s’en souvenaient, ils ont dansé et, pendant ce temps, la star a joué du keytar en forme d’hippocampe (keytar et hippocampe. Voilà des mots qu’il fait bon écrire.)

Certes, on pourrait reprocher certaines choses à Gaga – notamment d’avoir collaboré avec R. Kelly et, qui plus est, sur un morceau où elle dit: «do what you want with my body»… –, mais on ne pourra lui reprocher de manquer de hits. Des hits qu’elle a enchaînés d’ailleurs. Poker Face, Telephone, Paparazzi…

Tout ça sans oublier le fait qu’elle semble réellement aimer ses adorateurs, chose qu’elle a prouvée une fois de plus en invitant une spectatrice à chanter sur scène avec elle (une composition du cru de la jeune fille). Elles ont continué en duo sur Born This Way, comme deux copines (selfie inclus).

À la publication de l’article, la vocaliste se lançait dans Sexxx Dreams.

xxx, Lady Gaga!

Aussi dans Culture :

Nous utilisons maintenant la plateforme de commentaires Facebook Comments sur notre site web. Grâce à celle-ci, vous pourrez laisser vos commentaires par l’entremise de votre compte Facebook directement sous les articles sur notre site web. Pour ceux qui ne sont pas membres du réseau social, nous vous invitons à faire vos commentaires via l’adresse courriel opinions@journalmetro.com. Merci de nous lire!