Métro Gilles Surprenant

La Commission Charbonneau a analysé 64 contrats conçus par Gilles Surprenant, et pour lesquels il a touché 61 pots-de-vin, sans éveiller aucun soupçon à la Ville de Montréal. «Est-ce qu’on peut affirmer que c’était un secret de polichinelle?, lui a demandé le procureur de la commission, Me Denis Gallant. Tout le monde savait […] qu’à la Ville, pendant une longue période de temps, les ingénieurs de tel département recevaient des ‘quotes’ des entrepreneurs». «C’était possiblement un secret de polichinelle, comme vous dites», a admis M. Surprenant, après quelques hésitations.

Entre les années 2000 et juin 2005, Métro a calculé que le fonctionnaire aurait perçu 477 000 $. Les plus gros pots-de-vin ont été d’un montant de 22 000 $ de la part d’Infrabec de Lino Zambito et de Garnier Construction de Joe Borsellino (deux fois).

L’ex-ingénieur a de nouveau précisé qu’il ne touchait pas 1% de la valeur des contrats, contrairement à ce que Lino Zambito avait allégué, mais moitié moins. En échange, il justifiait les augmentations des budgets des chantiers dans les appels d’offres.

Sur les 64 contrats qui ont été détaillés, mardi, M. Suprenant n’en a compté que deux qui n’étaient pas truqués. Un autre contrat échappait à la mémoire du témoin.

Lorsque les coûts soumissionnés par les entrepreneurs dépassaient de 10 % les budgets prévus par la Ville, M. Surprenant rédigeait, avec l’aide d’Yves Themens, des notes explicatives justifiant ces hausses.

Les évaluations de leur système informatique, Gespro, semblaient également faciles à contourner. Les deux hommes n’avaient qu’à reprendre l’évaluation en trafiquant les chiffres.

Questionné par Me Gallant et le commissaire Renaud Lachance, M. Surprenant a précisé que ces notes ne lui ont jamais été retournées pour obtenir davantage d’explications.

À partir de 2006, des firmes d’ingénierie externes ont toutefois été mandatées pour concevoir des projets d’égout, de pavage et des trottoirs.

Trois contrats jugés trop élevés ont bien été annulés, mais pour la plupart, les évaluations des firmes se rapprochaient de celles de la Ville. Le système de collusion a donc été maintenu jusqu’en 2009, à la création de l’Escouade Marteau.

Jeudi dernier, M. Surprenant a admis avoir perçu près de 600 000$ en pots-de-vin, jusqu’à sa retraite 2009.

Le parti du maire participera
Union Montréal a fait une demande mardi pour obtenir le statut de participant à la Commission Charbonneau. L’avocat du parti n’a pas eu besoin de plaider et a obtenu son statut qui lui permettra de contre-interroger les témoins.

Aussi dans La commission Charbonneau :

Nous utilisons maintenant la plateforme de commentaires Facebook Comments sur notre site web. Grâce à celle-ci, vous pourrez laisser vos commentaires par l’entremise de votre compte Facebook directement sous les articles sur notre site web. Pour ceux qui ne sont pas membres du réseau social, nous vous invitons à faire vos commentaires via l’adresse courriel opinions@journalmetro.com. Merci de nous lire!