Alors que la patrouille canine du quartier lui ordonne de se débarrasser de son cochon miniature d’ici 15 jours, une résidente d’Hochelaga-Maisonneuve se bat pour pouvoir garder son animal, qu’elle considère comme un membre de sa famille.

Sarah-Maude Ravenelle et son conjoint ont adopté leur cochon, prénommé Babe, en mars 2015.

Auparavant résidents du quartier Rosemont, ils s’étaient assurés qu’ils avaient droit à ce type d’animal domestique auprès de la mairie d’arrondissement. «On avait reçu une lettre du maire François Croteau confirmant qu’il n’y avait pas de règlement qui interdisait les cochons domestiques à Montréal, en autant qu’il n’y ait pas de nuisances occasionnées par l’animal», affirme Mme Ravenelle.

Selon la propriétaire de Babe, son cochon ne dérange pas plus qu’un chien.«Je ne vois pas en quoi il pourrait déranger qui que ce soit, affirme-t-elle. Il a une vie de chat. Il dort beaucoup le jour. Parfois, les gens ont tendance à penser à un gros cochon de ferme, mais en ce moment, il pèse 60 livres et il a atteint son poids adulte. Ce n’est pas pire qu’un gros chien.»

D’ailleurs, son cochon sort en laisse deux fois par jour, comme un chien, pour faire ses besoins.

Ultimatum
L’été dernier, les propriétaires de Babe ont choisi d’emménager dans Hochelaga pour pouvoir offrir une meilleure qualité de vie à leur animal. «On voulait qu’il ait accès à une plus grande cour. On a fait clôturer notre terrasse exprès pour lui», souligne Mme Ravenelle.

Lorsqu’ils ont acheté leur nouveau condo, Sarah-Maude et son conjoint ont pris soin de s’assurer que les cochons étaient permis. «Ils n’étaient pas sur la liste des animaux permis, mais ils n’étaient pas non plus dans la liste d’animaux non permis et nuisibles» continue Mme Ravenelle.

Le 17 avril, la patrouille canine de l’arrondissement a cogné à la porte de la résidence de Sarah-Maude. La Ville demande qu’elle se départisse de Babe d’ici le 2 mai.

La résidente d’Hochelaga ne compte pas plier à ces demandes. Elle a d’ailleurs publié une vidéo, sur Facebook, qui, au moment d’écrire ses lignes, avait déjà été visionnée plus de 60 000 fois.

«Il n’est pas question que je m’en débarrasse, martèle-t-elle. Ce n’est pas juste un cochon domestique.»

Ayant déjà eu l’autorisation du maire de Rosemont, Mme Ravenelle ne comprend pas trop l’intervention de la patrouille canine.

En révision
La propriétaire a communiqué avec l’arrondissement et selon ses dires, la réponse obtenue a été que le cochon miniature ne figure pas dans la liste des animaux permis par la Ville de Montréal.

«Nous ne comptons pas nous en débarrasser et nous demandons à la mairie de Montréal d’ajouter les cochons domestiques à la liste d’animaux permis sur l’Île, au même titre que les chiens», défend-elle.

Interrogée à ce sujet, la Ville de Montréal a simplement laissé savoir que le règlement municipal était actuellement «en processus de révision».

Aussi dans Actualités :

Nous utilisons maintenant la plateforme de commentaires Facebook Comments sur notre site web. Grâce à celle-ci, vous pourrez laisser vos commentaires par l’entremise de votre compte Facebook directement sous les articles sur notre site web. Pour ceux qui ne sont pas membres du réseau social, nous vous invitons à faire vos commentaires via l’adresse courriel opinions@journalmetro.com. Merci de nous lire!