Hugo Lorini / TC Media Pendant trois mois, environ 350 camions de pierres rouleront sur l'île, jour et nuit, sept jours sur sept.

La construction de la jetée ouest sur L’Île-des-Sœurs pour le nouveau pont Champlain débutera le mardi 16 juin. Pendant trois mois, environ 350 camions de pierres rouleront sur l’île, jour et nuit, six jours sur sept. Avec un camion tous les trois à quatre minutes sur le site, l’intensité de la circulation préoccupe les Insulaires.

Jusqu’en septembre, les seules pauses seront entre 18h et 19h à l’heure du souper et trois heures la nuit à compter de 3h. Sur le site, il y aura en tout temps deux bouteurs (bulldozer), deux excavatrices, un rouleau compresseur et des camions semi-remorque qui seront installés au courant des prochains jours.

Lundi soir, plus de 150 résidents de L’Île-des-Sœurs ont assisté à la présentation des travaux préparatoires du consortium Groupe Signature sur le Saint-Laurent, mandaté pour construire le nouveau pont Champlain.

Ce sont les résidents de la Pointe-Nord qui seront les plus touchés par les va-et-vient incessant. Sur la pointe ouest de L’Île-des-Sœurs, le consortium construira une jetée de 500 m de long par 100 m de large, représentant 250 000 m2 de volume d’empierrement ce qui équivaut à ce qui équivaut à huit terrains de football.

Impacts
Le consortium estime que ces mouvements de camions ne devraient pas causer de bouchons de circulation sur le pont Champlain actuel. Leurs calculs démontrent qu’il y a en moyenne entre 78 000 et 100 000 véhicules en 24h qui empruntent ce trajet. De ce nombre, ils estiment que les camions représentent environ 10 %.

Avec les 350 camions supplémentaires par jour, le consortium prévoit « une faible augmentation de l’achalandage de seulement 0,35 %. La problématique de gestion de circulation ne se fera pas nécessairement sur le pont Champlain », explique Daniel Genest, directeur de la coordination de Signature sur le Saint-Laurent.

Par contre, il admet qu’il faudra établir des paramètres sur le chantier pour remédier à la problématique qui risque de se produire pour quitter ou intégrer le réseau routier local.

L’installation de chantier et la construction des chemins d’accès sont en cours et se termineront le 12 juin. Cela implique 50 voyages de pierres par jour en moyenne de 7h à 17h.

C’est sur cette imposante jetée que les travailleurs procéderont à la fabrication des fondations du pont et des chevêtres, pièces de charpente imposantes de 12 m de haut par 25 m de large. En tout, 39 piles de bétons soutiendront le nouveau pont et seront fabriquées à Drummondville par la compagnie BPDL. Pour ce qui est de la superstructure et du tablier, ils seront faits par Canam dans la région de Québec et aux États-Unis.

Gestion du bruit
Selon les études acoustiques que le consortium a menées, ce sont les secteurs résidentiels d’Evolo 2 et de Cours des Fougères qui subiront le plus. D’après les niveaux de bruit ambiant estimés, le nombre de dBA de jour sera respecté dans les deux zones sensibles, mais dépassera les critères à respecter la nuit.

Parmi les mesures d’atténuation, un mur antibruit temporaire sera érigé du côté nord de la jetée puisque le bruit dépassera la limite recommandée aux environs du chantier.

Aussi dans Actualités :

Nous utilisons maintenant la plateforme de commentaires Facebook Comments sur notre site web. Grâce à celle-ci, vous pourrez laisser vos commentaires par l’entremise de votre compte Facebook directement sous les articles sur notre site web. Pour ceux qui ne sont pas membres du réseau social, nous vous invitons à faire vos commentaires via l’adresse courriel opinions@journalmetro.com. Merci de nous lire!