Mario Beauregard/TC Media Petit train va loin pour Station Vu. Au départ, les événements de l'organisme rejoignaient près de 1000 personnes, alors que cette année, ils ont été plus de 2500 participants, à la grande joie du directeur général, Alain Turner.

Après trois ans, la popularité du cinéma de quartier Station Vu ne se dément pas. La fréquentation aux activités de l’organisme continue de croître rejoignant de plus en plus d’adeptes.

Ciné-relâche, Espace Vu à la promenade Bellerive, rencontres avec les réalisateurs ou artisans du cinéma, projections cinématographiques, les événements de Station Vu représentent une place importante de l’offre culturelle dans Mercier-Est.

«Nous connaissons un beau succès. Nos chiffres de fréquentation font état de plus de 2500 participants pour la dernière année. Notre croissance est de 20 à 25% par année», indique fièrement Alain Turner, directeur général de Station Vu.

Alors que certains salles de cinéma éprouvent des difficultés, Station Vu se démarque par son offre originale, alternative et de qualité.

La programmation est principalement axée sur le cinéma de répertoire, les documentaires et les films dits indépendants ou d’auteurs, une niche peu exploitée à Montréal.

Par exemple, il s’agit de l’un des rares endroits où l’on peut visionner le film «Stalker», une production de 1979, en version originale russe sous-titrée en français ou encore des productions provenant de la Bulgarie, des Pays-Bas, de la Russie, de l’Inde et plus encore.

Le tout dans un quartier où l’offre culturelle est plutôt restreinte.

Mais comme pour la plupart des organismes communautaires ou à but non lucratif, l’argent demeure le nerf de la guerre.

Les frais fixes de l’organisation sont à la hausse et les finances doivent être gérées de manière serrée.

L’équipe en place, principalement composée de quatre personnes, accomplit de petits miracles.

«Notre quatrième année en est une charnière pour Station Vu, admet M. Turner. Nous avons atteint notre capacité de développement en fonction des ressources dont nous disposons. Heureusement, nous avons reçu de bonnes nouvelles dernièrement.»

En effet, le maire de Mercier – Hochelaga-Maisonneuve (MHM), Réal Ménard, s’est engagé à augmenter le financement octroyé par l’arrondissement. Des sommes qui permettront d’assurer la pérennité de Station Vu.

«Nous souhaitons profiter de la proximité entre Station Vu et la Maison de la culture Mercier – tous deux voisins rue Hochelaga – pour créer un pôle culturel dans l’Est. La culture est un instrument de revitalisation, il est important de se mobiliser pour en assurer le développement», a souligné le maire par voie de communiqué.

D’autres partenaires ont aussi offert leur aide pour épauler Station Vu. Les organismes PME Centre-Est soutiendra l’équipe dans la conception d’un plan d’affaires pour l’ajout possible d’un bistro et L’Anonyme travaillera de concert sur un plan de visibilité.

Fort de ces nouveaux appuis, l’organisme se tourne donc vers l’avenir avec optimisme. Et la mission de départ – de détenir et opérer un centre culturel de quartier s’articulant autour d’un cinéma indépendant – demeure plus que jamais bien vivante.

Aussi dans Actualités :

Nous utilisons maintenant la plateforme de commentaires Facebook Comments sur notre site web. Grâce à celle-ci, vous pourrez laisser vos commentaires par l’entremise de votre compte Facebook directement sous les articles sur notre site web. Pour ceux qui ne sont pas membres du réseau social, nous vous invitons à faire vos commentaires via l’adresse courriel opinions@journalmetro.com. Merci de nous lire!