Archives TC Media Me Johanne Savard, ombudsman de Montréal.

Avec trois plaintes seulement en 2014 auprès de l’ombudsman de Montréal, l’arrondissement d’Anjou fait plutôt bonne figure, étant celui qui a reçu le moins de plaintes parmi les arrondissements montréalais.

De ces trois plaintes, deux ont été référées à la direction de l’arrondissement avant enquête.

L’ombudsman a donc mené une seule enquête approfondie à Anjou, en lien avec la Charte montréalaise des droits et responsabilités. Le dossier, qui concernait un bruit excessif émanant du moteur d’une piscine, a été réglé par la voie de la médiation. Le processus a nécessité un délai de 45 jours.

Des deux autres plaintes, l’une était également liée au bruit, et l’autre au service de la voirie – travaux publics. Elles ont été réglées directement par l’arrondissement.

Au cours des trois dernières années, le nombre de plaintes formulées auprès de l’ombudsman pour des dossiers de l’arrondissement d’Anjou est en baisse constante. Il est passé de 16 en 2012, à 8 en 2013, pour s’établir à 3 en 2014.

Mercier – Hochelaga-Maisonneuve
Du côté de l’arrondissement de Mercier – Hochelaga-Maisonneuve, 46 nouvelles plaintes ont été reçues en 2014.

De ce nombre, 37 d’entre elles ont été transmises à la direction de l’arrondissement avant enquête et quatre ont été refusées avant enquête.

L’ombudsman a mené cinq enquêtes approfondies. Un dossier en lien avec la pertinence d’avoir donné des constats d’infraction a été réglé.

Trois plaintes ont été jugées non fondées: contestation de l’exigence d’obtention d’un permis et du paiement de frais, problème de punaises dans une maison de chambres et contestation d’un projet de construction.

Finalement, une plainte a été refusée après enquête. Elle était en lien avec la contestation de l’exigence de démantèlement d’une mansarde.

L’an dernier, l’arrondissement de Mercier – Hochelaga-Maisonneuve avait fait l’objet de 30 plaintes.

Créé en 2003, le bureau de l’ombudsman de Montréal compte une équipe de huit personnes. Il intervient, en dernier recours, pour s’assurer que les droits municipaux des citoyens sont respectés et que leurs dossiers sont traités avec respect, justice et équité par toutes les entités municipales.

Le service est gratuit et accessible à tous.

Aussi dans Actualités :

Nous utilisons maintenant la plateforme de commentaires Facebook Comments sur notre site web. Grâce à celle-ci, vous pourrez laisser vos commentaires par l’entremise de votre compte Facebook directement sous les articles sur notre site web. Pour ceux qui ne sont pas membres du réseau social, nous vous invitons à faire vos commentaires via l’adresse courriel opinions@journalmetro.com. Merci de nous lire!