Romain Schué Un groupe de réflexion aimerait présenter un candidat haïtien à l'élection partielle de Montréal-Nord.

Un groupe de réflexion représentant la communauté haïtienne souhaite «imposer» son candidat à Denis Coderre afin de conquérir l’arrondissement de Montréal-Nord lors des élections partielles.

«Trois candidats potentiels» ont été identifiés par ce groupe qui s’est réuni samedi en compagnie d’une cinquantaine d’habitants de l’arrondissement.

«On va se battre pour gagner, on veut se tailler une place dans les négociations. C’est une occasion historique pour nous», assure Marjorie Michel, ex-conseillère du député Emmanuel Dubourg, l’une des chefs de file du mouvement qui prévoit d’envoyer sous peu une lettre au maire de la Ville.

En tête de liste de ce groupe de travail, Frantz Benjamin, élu dans l’arrondissement Villeray-Saint-Michel-Parc-Extension et président du conseil de la Ville, candidat au profil idéal, selon les critères définis par le mouvement.

«Pas un noir pour un noir»
«Il doit être issu de la communauté, venir ou connaître très bien les enjeux de l’arrondissement, sera capable de travailler avec tous les acteurs et pourra faire avancer des problématiques qui traînent comme la pauvreté et les jeunes», explique Mme Michel.

Cette démarche s’inscrit sept ans après l’échec de Ronald Boisrond (Projet Montréal) au scrutin municipal, battu par l’ex-maire démissionnaire Gilles Deguire.

«Avoir notre propre Obama pourrait motiver les jeunes qui n’osent plus envoyer leur CV. Ils ont besoin de ce genre de modèle, de voir que la couleur de peau n’est pas déterminante pour réussir»
Don Harley Fils-Aimé, porte-parole du mouvement

«Notre communauté a le pouvoir de faire la différence, clame le porte-parole de ce groupe de réflexion, Don Harley Fils-Aimé. Nous avons le devoir de faire miroiter la possibilité d’avoir notre représentant. Nous ne voulons pas un noir pour un noir. Ses compétences priment, mais il devra être sensible à notre cause et répondre aux besoins de Montréal-Nord.»

Une proposition qui ne fait pas l’unanimité
La stratégie du mouvement est claire: surfer sur la popularité du maire Coderre et sur l’appareil de son parti. «Mais cela ne signifie pas que l’on supporte Denis Coderre, nuance Neil Armand, conseiller politique et leader de cette réunion. On va lui imposer un choix. On ne va pas être vassalisé par Denis Coderre. Son parti a le pouvoir et nous, nous voulons accéder au pouvoir.»

Une méthode qui ne fait pas l’unanimité dans la communauté. «Et notre indépendance intellectuelle ?» questionne Will Prosper, porte-parole de Montréal-Nord Republik, qui reconnaît avoir été approché par différents partis pour ce scrutin, propositions qu’il aurait déclinées.

«Suivre un parti unique est un risque. Cela démontre une faiblesse. Je ne pense pas que tous les Haïtiens de l’arrondissement supportent M. Coderre.»

Le maire Coderre n’a pas souhaité réagir. Une nouvelle réunion devrait avoir lieu dans les quinze prochains jours et le mouvement haïtien indiquera alors son candidat. La date de cette élection, qui se déroulera au printemps, n’est pas encore connue.

Aussi dans Actualités :

Nous utilisons maintenant la plateforme de commentaires Facebook Comments sur notre site web. Grâce à celle-ci, vous pourrez laisser vos commentaires par l’entremise de votre compte Facebook directement sous les articles sur notre site web. Pour ceux qui ne sont pas membres du réseau social, nous vous invitons à faire vos commentaires via l’adresse courriel opinions@journalmetro.com. Merci de nous lire!