Isabelle Bergeron/TC Media Une centaine de personnes participeront à un défilé le 4 juillet prochain, afin de manifester contre le règlement visant à rendre le quai de la 36e avenue payant.

Les jours où les pêcheurs des autres municipalités pouvaient mettre leur bateau à l’eau à la rampe de la 36e Avenue, à Pointe-aux-Trembles, de façon gratuite sont comptés. L’arrondissement a décidé de faire payer son accès aux non-résidents de Montréal au grand dam de plusieurs plaisanciers.

Au cours de l’été, une guérite sera installée à l’entrée du stationnement où se trouve la rampe de mise à l’eau près de la 36e Avenue. Pour passer, les visiteurs devront se munir d’une carte d’accès, gratuite pour les résidents de Montréal. Par contre, les non-résidents de la métropole devront débourser 50$ pour un permis journalier et 500$ pour un permis saisonnier.

Dans le sommaire décisionnel du conseil d’arrondissement du 2 juin dernier, RDP-PAT a justifié sa décision en évoquant le besoin «d’éviter une surutilisation de cette rampe et une occupation désordonnée». La mairesse Chantal Rouleau a exprimé le souhait de vouloir «offrir un meilleur accès à l’eau pour les Montréalais». L’argent servira à l’entretien et à la sécurisation du site, a soutenu la mairesse.

L’arrondissement n’a pas évalué les revenus que cette nouvelle tarification allait engendrer.

Des pêcheurs mécontents
Présent au conseil d’arrondissement, le président de l’Association des pêcheurs sportifs du Québec, Stéphan Bourgeois, dénonce la perte d’un autre accès public aux cours d’eau.

«L’arrondissement de RPD-PAT se joint aux autres municipalités comme Varennes, Repentigny et Contrecoeur qui ne proposent plus de tarifs raisonnables pour un accès journalier. Ceux qui ont de gros bateaux seront capables de payer, mais les petits pêcheurs n’ont pas nécessairement les moyens de mettre leur bateau à l’eau.»

Le territoire de RPD-PAT compte deux autres rampes de mise à l’eau, plus petites que celle de la 36e Avenue. M. Bourgeois redoute que l’arrondissement étende éventuellement la tarification à celles-ci.

«Pour le moment, c’est la 36e parce qu’elle est plus problématique», s’est contentée de dire la mairesse Rouleau. Cette dernière croit que la tarification de l’arrondissement est raisonnable. «Nous nous sommes comparés avec Varennes et Repentigny qui sont nos voisins immédiats, et qui ont adopté des tarifs pour leur rampe de mise à l’eau. Notre tarification est collée à la leur.»

Vérification faite, la municipalité de Varennes charge des frais de 600$ par saison avec stationnement de nuit aux non-résidents et de 160$ aux résidents. À Repentigny, les résidents doivent payer 100 $ pour l’accès de la rampe de mise à l’eau et les visiteurs déboursent 500$. Dans ces deux municipalités, aucun accès journalier n’est permis aux plaisanciers venus d’ailleurs.

Un guide de pêche qui utilise la rampe de la 36e Avenue, Pierre Fontaine, n’a pas caché son inquiétude quant à l’avenir de son négoce. «Je devrai aller ailleurs. Je ne sais pas comment la Ville va recevoir mes clients. Ils ne pourront pas se stationner sur le site à moins de payer. Je n’ai rien contre la tarification, mais qu’elle soit raisonnable.»

«Jusqu’où ira la Ville avec la tarification? Va-t-elle faire payer les touristes qui utilisent le parc Lafontaine parce qu’ils usent le mobilier?», a imagé le guide de pêche.

Aussi dans Actualités :

Nous utilisons maintenant la plateforme de commentaires Facebook Comments sur notre site web. Grâce à celle-ci, vous pourrez laisser vos commentaires par l’entremise de votre compte Facebook directement sous les articles sur notre site web. Pour ceux qui ne sont pas membres du réseau social, nous vous invitons à faire vos commentaires via l’adresse courriel opinions@journalmetro.com. Merci de nous lire!