Getty Images/iStockphoto

Le Centre international pour la prévention de la criminalité (CIPC) a reçu 10 000$ pour s’attaquer à la problématique de la délinquance juvénile qui touche Rivière-des-Prairies.

En plus de fournir «un diagnostic local de sécurité» à l’arrondissement de RDP-PAT, le CIPC «accompagnera l’arrondissement dans l’appropriation du diagnostic par tous les acteurs du milieu et dans la transition vers un plan d’action», indique un communiqué de la Ville centre.

Concrètement, le CIPC va dresser le portrait de la situation en rencontrant des groupes de jeunes issus de RDP et de PAT, des groupes de citoyens et des membres de structures institutionnelles comme l’arrondissement et les organismes communautaires.

Au cours des discussions, les perceptions et observations de chacun seront compilées au sein d’un bilan qui sera remis fin avril.

Puis, dans un deuxième temps, le CIPC, l’arrondissement et les organismes réfléchiront sur des «activités de résolution des problèmes» indique Pier Alexandre Lemaire, analyste et chargé de projet au CIPC.

«Nous verrons comment agir compte tenu des ressources disponibles. Le but, c’est de compléter ou d’améliorer ce qui existe déjà».

Le plan du CIPC, avec ses propositions de pistes de solution, devrait être complété en septembre.

En avril 2016, le poste de quartier 45 du Service de police de la Ville de Montréal avait indiqué à TC Media avoir remarqué «une hausse préoccupante» d’infractions liées à la délinquance juvénile à Rivière-des-Prairies, dont des vols à l’étalage, introductions par effraction dans des véhicules et incivilités dans les autobus.

Demande de moyens
Organisme qui œuvre avec les jeunes depuis des dizaines d’années, Équipe RDP félicite l’arrivé d’une «démarche sérieuse», mais demande plus de moyens.

«Le portrait de la situation, nous, on le connait. Nous travaillons avec les jeunes, avec les écoles, le service de police. Ce qu’il nous faut ce sont des ressources solides et surtout récurrentes pour que nos intervenants soient sur le terrain en continu» lance Pierreson Vaval, directeur d’Equipe RDP.

De son côté, l’arrondissement de RDP-PAT indique faire appel au CIPC depuis plusieurs mois. «Cela fait longtemps que l’arrondissement manifeste sa volonté de suivre ses jeunes et de travailler sur la criminalité juvénile», précise Nathalie Pierre-Antoine, conseillère de RDP-PAT.

Fondé en 1994 et basé à Montréal, le CIPC est une organisation internationale non gouvernementale qui vise à aider les villes et les pays à réduire la délinquance, la violence et l’insécurité. Il travaille en étroite collaboration avec plusieurs groupes de l’Office des Nations Unies.

La participation de la Ville de Montréal aux activités du CIPC lui offre une plate-forme unique d’échange sur les questions de sécurité qui la touchent et qui touchent l’agglomération.

La Ville de Montréal a accordé un soutien financier de 20 000 $, pour l’année 2017, au CIPC. La moitié de cette subvention servira à financer l’étude sur la question de la criminalité dans l’arrondissement de RDP-PAT.

 

Aussi dans Actualités :

Nous utilisons maintenant la plateforme de commentaires Facebook Comments sur notre site web. Grâce à celle-ci, vous pourrez laisser vos commentaires par l’entremise de votre compte Facebook directement sous les articles sur notre site web. Pour ceux qui ne sont pas membres du réseau social, nous vous invitons à faire vos commentaires via l’adresse courriel opinions@journalmetro.com. Merci de nous lire!