Jean Numa Goudou/TC Media Al Mac Clain Senat patrouille les rues et les parcs de RDP tous les soirs en vue de prévenir la petite criminalité.

Le soir, après sa journée de travail, Al Mac Clain Senat  arpente Rivière-des-Prairies en tant que travailleur de rue pour aider de nombreux jeunes à ne pas prendre le mauvais chemin. Portrait d’un homme profondément attaché à sa communauté.

«J’ai grandi à Rivière-des-Prairies à un moment [1998-2000] où il y avait des gangs de rue en émergence dans le quartier. J’ai vu l’impact néfaste que cela a eu sur ma communauté», se souvient celui qui coordonne un groupe de trois intervenants de Équipe RDP, organisme qui tente de mater une recrudescence récente de la délinquance.

Al Mac Clain Senat raconte son histoire.

«Je viens d’une famille équilibrée. Deux parents professionnels. Je suis chanceux, l’un des rares.»

Aujourd’hui, l’homme de 33 ans a un emploi à temps plein, de jour. Mais, depuis 12 ans, animé par une volonté d’aider les jeunes, il sillonne les parcs et les rues de RDP, interpellant avec tact des ados aux actions et comportements anormaux.

Ces jeunes, il les comprend.

«Oui, j’ai été comme plusieurs jeunes, j’ai fait de la petite délinquance. Il faut que jeunesse arrive. Tu commets des petits méfaits par ci par là, de la délinquance juvénile comme les trois quarts des jeunes. Tu prends une bière sur un parc, oui. Tu vas consommer, peut-être, certaines drogues, oui. Mais c’est de la délinquance par laquelle la majorité des jeunes vont passer. Mais ça ne veut pas dire que tu es obligé de tomber.»

Pour lui, il faut aider les jeunes à éviter un parcours qui pourrait les mener à la criminalisation et l’incacération, conséquences possibles d’un «système injuste».

«Question de génération»
Plus d’une soixantaine de méfaits ont été recensés à RDP de septembre 2015 à mars dernier, selon le Service de police de la Ville de Montréal.

Pour Al Mac Clain Senat, cette montée de la délinquance dans le quartier est intimement liée à une question de génération.

«Chaque période, de trois ans, charrie son lot de délinquants, cela vient par vague.», affirme le coordonnateur des intervenants de Équipe RDP.

M. Senat a une vision très arrêtée sur les raisons qui expliquent cette situation chez les jeunes immigrants du quartier: manque d’inclusion, racisme, discrimination, pression sociale et médiatique, entre autres

«J’aurais pu tomber dans le cercle, dit-il, en laissant la pression sociale et médiatique me dire: « tu sais quoi, la société me donne une étiquette, je vais la prendre avec fierté ». Mais attention, c’est ce que j’appelle une fausse fierté.»

Al Mac Clain Sénat prône auprès des adolescents de sa «communauté» une forte participation à la vie active. Il faut chercher du travail, même si c’est difficile d’en trouver.

«Certains seront caissiers, d’autres, avocats, dit-il. Moi je me lève tous les matins en me disant que je vais travailler pour ma communauté.»

 

Aussi dans Actualités :

Nous utilisons maintenant la plateforme de commentaires Facebook Comments sur notre site web. Grâce à celle-ci, vous pourrez laisser vos commentaires par l’entremise de votre compte Facebook directement sous les articles sur notre site web. Pour ceux qui ne sont pas membres du réseau social, nous vous invitons à faire vos commentaires via l’adresse courriel opinions@journalmetro.com. Merci de nous lire!