Audrey Gauthier/TC Media Maria Émilia Minuche a failli être frappé par un camion sur la rue Michel-David.

Des citoyens des rues Michel-David et Antonino-Spada reviennent à la charge et exigent des mesures d’apaisement pour ralentir les automobilistes qui rouleraient au-dessus de la vitesse permise.

Selon plusieurs résidents du secteur, les voitures emprunteraient leurs rues pour éviter le feu de circulation au coin des boulevards Viau et des Grandes-Prairies.

«J’ai déménagé à Saint-Léonard pour y élever ma famille et pour que mes enfants puissent jouer dehors en toute sécurité. La rue Michel-David est une piste de course. Je me questionne pourquoi je devrais rester là», affirme un résident de la rue Michel-David.

«J’ai failli me faire frapper avec ma fille quand nous traversions la rue. J’ai eu très peur», ajoute Maria Émilia Minuche, une résidente de la rue Antonino-Spada.
Les citoyens demandent des mesures d’apaisement de la circulation rapidement pour éviter que quelqu’un ait un accident.

«Si on attend un événement tragique, il sera alors trop tard», souligne un père de famille du secteur.

Problème récurrent?
Ce n’est pas la première fois que les résidents de ces deux rues se plaignent de la problématique de vitesse dans leur secteur. Une pétition avait été remise aux élus en 2014 sur le même sujet. L’administration locale y avait alors effectué une étude de circulation.

Vitesse Michel David

Des citoyens se plaignent de la vitesse sur les rues Michel-David et Antonino-Spada.

Cette dernière a toutefois révélé que la vitesse moyenne des automobilistes qui empruntaient ces deux rues était de 28,8 km/h, soit 11,2 km/h de moins que la vitesse maximale permise. De plus, le débit de véhicules serait très faible, soit moins de 150 par jour.

«Les policiers sont allés faire une opération policière par le passé et ils n’ont remis aucun constat pour de l’excès de vitesse. Il n’y aurait donc pas de problème, malgré les plaintes citoyennes. Toutefois, même si on change la signalisation dans le secteur, il faut que les résidents sachent que les automobilistes ne la respectent pas tous. Il faut toujours être vigilant», fait valoir le conseiller de Ville, Dominic Perri.

Solution
Malgré les résultats qui contredisent les propos des citoyens, l’administration locale n’a pas l’intention de rester les bras croisés. Elle va discuter du dossier lors de la commission sur la sécurité publique et sur la circulation à Saint-Léonard, qui se déroulera à la mi-novembre et voir si des mesures d’apaisement de circulation pourraient être envisagées.

«Les études sont des moyens objectifs d’évaluer une situation, mais il y a toujours des exceptions. Ça ne couvre pas tout et nous allons faire quelque chose dans ce dossier», indique Steve Beaudoin, directeur de l’arrondissement de Saint-Léonard.

Toutefois, même si les résidents de ce secteur préféraient l’installation de dos d’âne pour régler le problème, l’arrondissement n’en veut pas sur son territoire.
«Nous avons éliminé les dos d’âne, car les services d’urgence n’en veulent pas et ça provoque un problème pour l’écoulement des eaux et lors du déneigement», mentionne Dominic Perri.

L’ajout de marquage au sol ou de bollards diminuant la largeur de la voie de circulation pourrait être des solutions privilégiées. Toutefois, tous les citoyens du secteur seront consultés si une mesure d’envergure est envisagée, informe le conseiller Perri.

Aussi dans Actualités :

blog comments powered by Disqus