Allison Turner sera la candidate pour le Nouveau parti démocratique dans la circonscription Ville-Marie – Sud-Ouest – Île-des-Sœurs aux prochaines élections fédérales, l’automne prochain. Elle a remporté l’investiture d’hier soir haut la main.

La course à trois s’est finalement soldée par la victoire d’Allison Turner. L’avocate montréalaise n’a eu besoin que d’un seul tour de scrutin pour l’emporter. Les militants ont préféré Mme Turner au député sortant de Jeanne-LeBer, Tyrone Benskin, et au président de l’association locale, Vincent Héritier.

Je pense que mon profil est plus varié que les deux autres candidats, admet Allison Turner. J’ai plus d’expérience internationale et je suis habituée, à cause de mon travail d’avocate, à me battre pour les droits des autres.»

Bâton du pèlerin
Allison Turner va, au cours des prochaines semaines, s’affairer à bâtir son équipe et son comité exécutif en vue de la prochaine campagne électorale qui pourrait être déclenchée à tout moment.

«Déjà, durant la campagne d’investiture, on est allé chercher de nombreux appuis et des membres-clés qui pourraient prêter main-forte sur le terrain de ma grande circonscription [Ville-Marie – Sud-Ouest – Île-des-Sœurs] à parcourir. Nous allons continuer de travailler pour avoir la plus grande équipe possible», ajoute Mme Turner.

Elle est décidé à continuer de rencontrer les électeurs de sa circonscription, sentant qu’elle est «une bonne voix pour transmettre le message du NPD qui est le seul parti, selon elle, à se préoccuper des droits de la personne à tous les niveaux, et à donner à la classe moyenne une meilleure situation».

Collaboration
Pour y arriver, Allison Turner est prête à travailler avec Vincent Héritier. Après sa défaite à l’investiture, ce dernier a confirmé qu’il retournera à la présidence de l’association locale pour chapeauter les activités électorale de la circonscription.

Mme Turner n’y voit aucun problème. «Nous n’étions pas de vrais adversaires. Nous étions dans la même équipe, ce qui faisait de nous plutôt des concurrents au même poste. Nous voyions tout simplement les enjeux différemment. »

Par ailleurs, on ignore les intentions de Tyrone Benskin quant à son avenir. Après sa défaite, lui ou quelqu’un de son équipe n’a pas retourné nos appels.

Enjeux
Pour Allison Turner, la sécurité des voies ferrées est une préoccupation majeure, notamment à la suite des trois déraillements des deux dernières années dans le Sud-Ouest, un des corridors ferroviaires les plus achalandés au Canada.

L’autre enjeu important est l’emploi. «Les électeurs recherchent la sécurité pour améliorer leur sort, qu’ils soient riches, pauvres, hommes ou femmes d’affaires du centre-ville, petits commerçants, entrepreneurs ou salariés» précise la candidate NPD.

Mme Turner estime que seul son parti sera en mesure d’aider la création d’emploi dans les PME, là d’où vient la majorité des emplois dans sa circonscription. Pour stimuler l’économie locale, le NPD promet des crédits d’impôts supplémentaires et une réduction du fardeau fiscal de 2% pour les PME.

Mais peu importe le secteur, que ce soit l’économie, l’environnement, la sécurité et même les questions internationales, Allison Turner se dit «prête à tout faire ce qu’elle peut pour représenter les gens de Ville-Marie – Sud-Ouest – Île-des-Sœurs et remporter ses élections».

Qui est Allison Turner
Allison Turner habite le Sud-Ouest depuis plus de 20 ans. Issue d’une large famille ouvrière de six enfants, elle a des racines françaises, anglaises, irlandaises et écossaises. Son père est un ancien combattant de la Deuxième Guerre mondiale.

Impliquée dans sa communauté, elle a notamment pris part au conseil d’administration de Lupus Québec. En tant qu’athlète, elle a fondé le club de patins à roues alignées de Montréal, en plus d’être détentrice du titre de championne nord-américaine de patinage de vitesse (marathon) en 2004.

Graduée en droit de l’Université McGill, Mme Turner pratique en litige civil et commercial. Elle possède également une grande expérience en droit des assurances. Sa maîtrise en droit international public de l’Université de Montréal l’a notamment amenée à agir en tant que conseillère de la défense et consultante auprès du Tribunal pénal international pour le Rwanda, maintenant fermé.

Mme Turner travaille actuellement à temps partiel au cabinet Garfinkle –Wiseman- Bilmes -Rodgers(GWBR) et ce, jusqu’au déclenchement des élections. Célibataire, elle se dit pleinement disponible pour relever de nouveaux défis et «prête à faire le nécessaire pour l’élection».

Aux prochaines élections générales fédérales, Allison Turner affrontera notamment le conseiller municipal Steve Shanahan, devenu le candidat conservateur, ainsi que le libéral Marc Miller.

Aussi dans Actualités :

Nous utilisons maintenant la plateforme de commentaires Facebook Comments sur notre site web. Grâce à celle-ci, vous pourrez laisser vos commentaires par l’entremise de votre compte Facebook directement sous les articles sur notre site web. Pour ceux qui ne sont pas membres du réseau social, nous vous invitons à faire vos commentaires via l’adresse courriel opinions@journalmetro.com. Merci de nous lire!