Placer le bon nombre de cuillères en plastique dans des boites, trier des enveloppes, étiqueter des bouteilles…Voici le type de travail effectué chez Amalgame, un organisme qui offre une première expérience de travail à des personnes atteintes d’un handicap. Depuis 25 ans, cet atelier offre des services de sous-traitance à plusieurs entreprises de Verdun et du grand Montréal.

En entrant chez Amalgame, on met les pieds dans une véritable fourmilière. Une vingtaine de personnes en fauteuil roulant sont installées autour de deux grandes tables, couvertes de milliers de cuillères en plastique. L’objectif? Faire des piles de 48 ustensiles, que Rosemarie mettra ensuite dans des petites boites qui seront revendues en épicerie.

«Je suis la seule qui peut faire ce travail, indique d’emblée Rosemarie en nous montrant ses mains. Car ça prend beaucoup de dextérité dans les doigts.»

Renée Caron, directrice générale d’Amalgame, sourit en entendant les propos de la jeune femme. «Ici, on travaille sur les forces des gens. Quand quelqu’un est très limité, on lui fournit une tâche exclusive qui le rendra fier, ouvrir les enveloppes par exemples. Certains sont capables de compter. Certains sont capables de mettre les petits matériaux dans une boite. On souligne et on renforce leurs habiletés.»

Avec cette philosophie, Mme Caron espère permettre à des personnes ayant un handicap physique d’avoir une activité de jour utilisant le travail, de sortir de l’isolement et de s’impliquer dans leur milieu.

«Nous avons 22 participants qui viennent entre trois et cinq jours par semaine selon leurs capacités. Il y a un bon roulement. Certaines personnes vont essayer d’autres expériences après, d’autres décident de rester vraiment longtemps. Pierre, par exemple, est ici depuis le début. Mais ce n’est pas notre objectif que quelqu’un reste pendant 25 ans, on veut être une porte d’entrée. »

Une entreprise qui rayonne
Amalgame est effectivement un bon lieu d’apprentissage, puisque tout se déroule comme dans une entreprise régulière. En plus de faire face à une entrevue d’embauche, les participants, une fois sélectionnés, reçoivent des formations de toutes sortes afin d’améliorer leur efficacité et leurs connaissances.

Lorsqu’ils quittent, ils ont donc en main une lettre de référence en plus de plusieurs nouveaux atouts dans leur curriculum vitae. Et ce, sans compter un bon renforcement de l’estime personnel.

«Ce que j’aime le plus ici, c’est de m’apercevoir que des personnes handicapées peuvent accomplir de grandes choses, explique Pierre Lamontagne, employé depuis 10 ans, avec un grand sourire aux lèvres. Ça me motive de savoir que je peux être utile, faire une différence et ne pas être mis au rancart. »

L’organisme Amalgame n’est pas seulement bénéfique aux personnes qu’il emploie. Il offre également des services de sous-traitance à moindres coûts à plusieurs entreprises partout à Montréal et en périphérie.

«Tout ce qui se fait en position assise, on le fait, rappelle la directrice générale. On dit souvent en riant que nous nous attelons à tous les travaux que personne ne veut faire.»

À Verdun, le traiteur Zeste du Monde, le IGA Champagne et la Fondation de l’Hôpital de Verdun, notamment, sont des clients réguliers.

«Je connais Renée Caron depuis un bon bout de temps, raconte Jonathan Champagne, propriétaire du IGA du même nom. Les services qu’elle offre convient absolument à notre magasin. Même si le prix est un peu plus cher, ça va à une cause qui me tient à cœur. Au lieu de commander à un fournisseur, j’aide une compagnie de mon quartier. »

«L’organisme Amalgame est situé vraiment près de notre traiteur, explique Jocelyn Meilleur de Zeste du Monde. Nous faisons affaires avec eux depuis une bonne dizaine d’années. Je trouve leur philosophie inspirante. J’aime aider la cause, en plus d’encourager une entreprise de Verdun. Si on peut s’entraider entre nous, Verdun va juste être plus fort. »

Aussi dans Actualités :

Nous utilisons maintenant la plateforme de commentaires Facebook Comments sur notre site web. Grâce à celle-ci, vous pourrez laisser vos commentaires par l’entremise de votre compte Facebook directement sous les articles sur notre site web. Pour ceux qui ne sont pas membres du réseau social, nous vous invitons à faire vos commentaires via l’adresse courriel opinions@journalmetro.com. Merci de nous lire!