Gracieuseté Oumar Imadine et Lalique Browne sont au cœur du projet «Le Garde-Manger du monde».

Le premier frigo communautaire de Parc-Extension a fait son apparition dans les derniers jours, au café La Place Commune. Une initiative menée par deux étudiants de l’Université de Montréal, qui souhaitent lutter contre le gaspillage alimentaire.

Tous deux préoccupés par le gaspillage alimentaire et la pauvreté, Lalique Browne et Oumar Imadine travaillent de concert, depuis août, afin de changer ces deux problèmes en une véritable solution.

Avec «Le Garde-Manger du monde», ils espèrent pouvoir conjuguer entraide, partage et communauté.

«Nous avons mis en place un frigo communautaire libre-service, c’est-à-dire, un réfrigérateur localisé au café La Place Commune, dans lequel nous plaçons de la nourriture accessible gratuitement à la communauté, explique Oumar Imadine. Nous récupérons cette nourriture dans différents commerces et épiceries pour éviter de la gaspiller et nous la partageons avec les gens dans le besoin.»

Pour ce faire, les deux étudiants en physiothérapie se sont affiliés avec deux commerces: la fruiterie Mile-End et l’épicerie Mile-End.

À raison de trois fois par semaine, ils iront récupérer la nourriture chez ces marchands. La majorité des dons sera composée de fruits et de légumes, mais rien ne sera refusé.

«La nourriture en question peut approcher ou avoir dépassé la date de péremption de quelques jours, mais elle est toujours propre à la consommation», continue M. Imadine.

Pour les responsables, l’indication «meilleure avant» ne signifie pas nécessairement «mauvais après».

D’ailleurs, selon l’Organisation des Nations Unies (ONU), 1/3 de la nourriture produite en un an serait gaspillée tout au long de la chaîne d’approvisionnement.

«Outre les conséquences environnementales, 800 millions de personnes continuent de souffrir de la faim dans le monde, souligne l’un des créateurs du Garde-Manger du monde. Sachant cela, c’était primordial pour nous de faire notre part.»

Participation citoyenne
Même si la plupart des aliments proviendront des commerces visités par les organisateurs, il n’est pas impossible pour les citoyens de participer si le cœur leur en dit.

«Si des gens veulent contribuer à remplir le frigo, ils le peuvent, mais il faut tout d’abord s’informer auprès du café La Place Commune pour savoir si le frigo n’est pas déjà plein», explique-t-on.

D’ici quelques mois, Lalique Browne et Oumar Imadine aimeraient procéder à l’achat d’un frigo de plus grande dimension, pour pouvoir accueillir plus de nourriture. Des dépliants ont aussi été conçus et seront distribués un peu partout dans le quartier pour promouvoir le projet et attirer le plus de gens possible.

«Mais, l’objectif premier, c’est de responsabiliser les gens et les sensibiliser au gaspillage, ainsi que d’offrir des ressources facilement accessibles aux gens du quartier qui sont dans le besoin», conclut M. Imadine.

Les personnes intéressées à se rendre au frigo communautaire peuvent le faire sur les heures d’ouverture du café La Place Commune, du mardi au samedi, de 9h à 18h.

Aussi dans Actualités :

blog comments powered by Disqus