Et les chroniqueurs de Métro, 
que retiennent-ils de l’année 2016? Lisez Lussier, Saganash, Éthier, Ménard, Serraji, Bédard, Dubé et Niquet, qui vous parlent de Trump, Rambo, Deneault, Basile, Ricardo, Bowie, Cohen, Prince… et Pikachu.

Lire aussi: Les Métro d’or 2016

Olivier-NiquetOlivier Niquet
Citation de l’année
Je trouve que cette
 citation d’Isabelle Maréchal résume bien l’année
de la post-vérité: «On nage dans le très, très, très gris. Y’a personne qui sait rien dans le fond. Et finalement, je trouve que c’est pas ça qui est important. L’important,
c’est qu’est-ce qu’on en pense. Qu’est-ce que vous
 en pensez. 514-790…»

Hassan-SerrajiHassan Serraji
Personnalité de l’année: Bernard Gauthier
Bernard «Rambo» 
Gauthier est la personnalité de l’année, car il incarne la droitisation confirmée du Québec, dans un Occident en proie à la montée du populisme, qui banalise les thèses de l’extrême droite. Ces thèses disent non à la mondialisation, non aux immigrants, non aux musulmans. C’est ce qui donne un sens à ces victoires-surprises, comme celles du Brexit (Grande-Bretagne) 
et de Donald Trump (États-Unis).

Catherine ÉthierCatherine Éthier
Mots de l’année: Gentleman 
trappeur
En 2016, le gentleman ne brave plus le vent sans cette épithète qui souligne l’influence de Ricardo dans le Nouveau Monde, un homme dont les «cigares au chou, façon lasagne» ont certes dû servir d’éléments de décor à la geste de Jacques Cartier et aux «guerres indiennes».

Judith-LussierJudith Lussier
Buzz de l’année: Pokémon Go
En juillet, tout le monde parlait de Pokémon Go, ce jeu de réalité augmentée qui permet aux utilisateurs de téléphones intelligents de capturer des Pokémon dans des endroits ciblés. Honnêtement, je suis contente de ne pas avoir perdu une minute de mon temps dans cette folle aventure parce que qui parle de Pokémon Go aujourd’hui, hein? Qui? Euh, moi.

Fred-DubéFred Dubé
Coup de cœur de l’année: 
Alain Deneault
J’ai un faible pour les intellectuels indignés qui vont au batte. Alain Deneault, c’est celui qui a publié La médiocratie, où il vilipende les laquais du pouvoir et les complices de la servitude volontaire. Celui qui, à Tout le monde en parle, a fermé le clapet à Gilbert Rozon à propos des paradis fiscaux. Celui qui conclut son dernier livre, Politiques de l’extrême centre, par la proposition suivante: «Radicalisez-vous.»

Sylvain MénardSylvain Ménard
Pertes de l’année
Chère année 2016, cette année, tu m’as enlevé David Bowie, Leonard Cohen, George Martin, Pierre Lalonde, Mohamed Ali, Prince, André Melançon, Jean Lapierre, Sharon Jones et Scotty Moore – le premier guitariste d’Elvis. En échange, tu m’as laissé Donald Trump.
Tu sais, c’était pas nécessaire…

frederic-berard-bylineFrédéric Bérard
L’événement
 de l’année: L’élection de Trump
Par un mille. Ou par
milliards. Victoire du sexisme. De l’islamophobie. Du post-truth. Du conflit d’intérêts. La fausse défaite
de l’élite. Sa consécration, plutôt. L’institutionnalisation de la ti-counerie. La déchéance inéluctable de
l’Oncle Sam.

mai%cc%88tee-labrecque-saganash-1Maïtée Labrecque-Saganash
Recrue de l’année: Suzy Basile
2016 fut une année particulièrement mouvementée pour les Premières Nations. Malgré les bas, il est important de souligner les initiatives positives et l’action des leaders émergents de nos communautés qui se relèvent. Ma découverte de l’année a assurément été Suzy Basile, première doctorante de la Nation atikamekw.

Aussi dans National :

blog comments powered by Disqus