Evan Vucci/The Associated Press Barack Obama

En défendant l’option des frappes punitives contre le gouvernement syrien, l’administration Obama a souvent fait valoir le besoin d’envoyer aussi un message clair à l’Iran. Car si les États-Unis ne défendent pas la fameuse ligne rouge sur l’utilisation d’armes chimiques par le régime syrien, les ayatollahs pourraient aller de l’avant dans leur quête pour l’arme nucléaire. Cependant, cet avertissement à peine voilé, ne cadre pas avec la volonté de l’administration Obama de se rapprocher du nouveau président iranien Hassan Rouhani.

La semaine dernière, Jeffrey Feltman, un ancien haut responsable du Département d’État sous Obama, actuel envoyé spécial aux Nations Unies, était en Iran pour rencontrer le nouveau ministre des Affaires étrangères Mohammad Javad Zarif et discuter des réactions possibles de l’Iran à des frappes aériennes américaines en Syrie. Au même moment le sultan d’Oman, qui a souvent agi en tant qu’intermédiaire entre les États-Unis et l’Iran, était à Téhéran pour y rencontrer le chef spirituel Ali Khamenei.

À la surprise générale, Rouhani et Zarif ont tous les deux condamné l’utilisation de l’arme chimique en Syrie sans pour autant parler de qui l’aurait utilisée. D’autres membres de l’administration sont allés plus loin, accusant Bashar al-Assad d’avoir utilisé des armes chimiques contre son propre peuple. Il faut dire que l’Iran a beaucoup souffert de frappes à l’arme chimique pendant sa guerre de dix ans contre l’Irak et, pour cette raison, la question demeure très délicate.

Pour l’instant, rien ne laisse croire qu’une attaque américaine contre le régime syrien entraînerait une réaction immédiate de l’Iran. D’autant que si le régime de Bashar al-Assad en venait à tomber, l’Iran et les États-Unis se retrouveraient tous deux devant un ennemi commun: les djihadistes sunnites radicaux.

Il est peut-être trop tôt pour préparer les colombes, même si Rouhani et Zarif veulent enterrer la hache de guerre. La question est de savoir à quel jeu jouent les Américains?

Aussi dans Un oeil sur le monde :

Nous utilisons maintenant la plateforme de commentaires Facebook Comments sur notre site web. Grâce à celle-ci, vous pourrez laisser vos commentaires par l’entremise de votre compte Facebook directement sous les articles sur notre site web. Pour ceux qui ne sont pas membres du réseau social, nous vous invitons à faire vos commentaires via l’adresse courriel opinions@journalmetro.com. Merci de nous lire!