Collaboration spéciale À haut régime, quel plaisir de conduite, mais on tombe alors dans un piège à contraventions!

logo_guide-autoQuand on parle de muscle car, que notre cœur craque pour la Dodge Challenger, la Ford Mustang ou encore la Chevrolet Camaro, à quoi on pense? Aux versions vitaminées, naturellement! On rêve d’une Challenger SRT dévorant la route aux côtés d’une Mustang GT et d’une Camaro SS.

Mais saviez-vous que tous ces modèles sont disponibles avec des moteurs plus petits? Dans les faits, la plupart des muscle cars vendus de nos jours n’ont pas un V8 sous le capot.

Toujours une question de moteur
Dans le cas de la Camaro, la nouvelle génération du modèle, que nous avons essayée pour la première fois l’été dernier, offre trois moteurs. À la base, nous avons un quatre cylindres turbocompressé de 2,0 litres, et dans la version SS, on retrouve notre bon vieux V8 de 6,2 litres.

Entre les deux se glisse un V6. Dans la Mustang, le moteur intermédiaire est le moteur EcoBoost, un autre quatre cylindres turbo. Il ne se vend pas du tout. Le V6 de la Camaro aura-t-il le même problème?

Ce V6, d’une cylindrée de 3,6 litres, développe 335 chevaux à 6 800 tr/min, et un couple de 295 lb-pi à 5 300 tr/min. Ce que ces chiffres révèlent est clair: pour être apprécié, ce V6 doit être conduit à haut régime. Assorti à la boîte manuelle à six rapports, il est anémique à bas régime. Le réflexe devient donc de constamment rétrograder pour des déplacements anodins. À haut régime, quel plaisir de conduite, mais on tombe alors dans un piège à contraventions. La boîte manuelle, par ailleurs, manque de raffinement, tant au chapitre de l’embrayage que du passage des rapports. Elle se situe à des années-lumière de la manuelle de la Mazda MX-5, par exemple.

La version à l’essai était équipée du système d’échappement optionnel, et quelle sonorité pour un V6! On se surprend même à donner plus de gaz que nécessaire pour les manœuvres de stationnement…

On s’ennuie de la version SS, mais bon…
Il est facile de dire que la version SS est meilleure que la version V6. Pourtant, la souplesse du V8 à bas régime et la remarquable suspension magnétique, disponible seulement sur la SS, nous font réaliser que ça vaudrait la peine de se payer une caisse de bière de moins par semaine et de mettre ce montant sur la prime nécessaire pour passer du V6 à la SS.

Mais bon, si vous aimez la bière, la Camaro V6 constitue quand même un beau concentré de ce qu’est la Camaro SS : une voiture sport à la conduite précise, plutôt confortable, avec le Wi-Fi intégré (à condition de s’abonner).

Fiche d’appréciation

  • Consommation : 4/5 – Le V6 couplé à la boîte manuelle, même s’il est le moteur du «milieu», peut être assez économique.
  • Conduite : 4/5 – Conduite précise, bonne tenue de route, châssis en avance sur la concurrence.
  • Performances : 3,5/5 – Le V6, qui tourne jusqu’à 7 000 tr/min, offre de beaux moments, mais est amorphe à bas régime.
  • Multimédia : 4,5/5 – Grandement amélioré.
  • Confort    : 3,5/5 – Pour une voiture sport, c’est très bien, mais la suspension est peu raffinée.
  • Note générale : 3,5/5 – On apprécie la Camaro V6, mais à son volant, si on y a déjà goûté, elle nous donne envie de revoir la version SS.

Aussi dans Automobile :

Nous utilisons maintenant la plateforme de commentaires Facebook Comments sur notre site web. Grâce à celle-ci, vous pourrez laisser vos commentaires par l’entremise de votre compte Facebook directement sous les articles sur notre site web. Pour ceux qui ne sont pas membres du réseau social, nous vous invitons à faire vos commentaires via l’adresse courriel opinions@journalmetro.com. Merci de nous lire!