MONTRÉAL — Bien sûr, on ne pense qu’à Cristian Rios chez Eye of the Tiger Management. Ça n’empêche pas son président, Camille Estephan, de préparer l’avenir de sa tête d’affiche, David Lemieux.

À un peu plus de 24 heures du duel entre Lemieux (35-3, 32 K.-O.) et Rios (21-7-3, 6 K.-O.), Estephan a d’abord souhaité faire le point sur l’Argentin.

«On vient juste de me parler de (Roberto) Bolonti (qui est venu s’aplatir devant Jean Pascal en décembre 2014, à un point tel que le «combat» a été déclaré non-lieu). Rios travaille avec le promoteur le plus réputé en Argentine. C’est un clan qui est très professionnel et je m’attends à ce qu’il fasse de son mieux. Il vient pour la première fois de sa carrière d’avoir un camp d’entraînement de trois mois. Il est prêt. Il veut surprendre David, et pas aux points. Je lui souhaite bonne chance.»

Une fois ce dossier réglé, Estephan n’a pas hésité à dévoiler son plan de match pour son poulain.

«On est très confiants et le but ultime c’est de se battre contre Canelo (Alvarez). On n’arrête pas de le répéter, mais c’est ça. Je pense que ça va arriver en 2017. Les discussions sont déjà amorcées. (…) C’est facile pour nous de faire ce combat: nous sommes près de Golden Boy (qui dirige la destinée d’Alvarez). Mais Canelo sait qu’un poids entre 154 et 160, ce ne sera pas possible.»

C’est d’ailleurs afin de ne pas glisser dans les classements que Lemieux affrontera samedi Rios.

«Je suis de l’avis que nos gars doivent être occupés, a enchaîné Estephan après la pesée tenue au théâtre Saint-James. Nos boxeurs boxent souvent, c’est ce qui explique leurs belles performances. On a beaucoup de combats difficiles pour nos gars demain (samedi), mais on va les rendre faciles car tout le travail a été fait en camp d’entraînement.»

C’est dans cette logique que Lemieux devra disputer un autre combat avant de se frotter à Alvarez en mai prochain, s’il n’en tient qu’à Estephan.

On visait un affrontement pour le titre de la World Boxing Organization (WBO) détenu par Billy Joe Saunders (23-0, 12 K.-O.) qui devait défendre son titre ce samedi, face à Artur Akavov (16-1, 7 K.-O.). Le Britannique s’est toutefois blessé et le combat a été reporté en novembre, rendant impossible un affrontement contre Lemieux, aspirant no 4 de la WBO en décembre.

Or, EOTTM et Golden Boy souhaiteraient placer Lemieux en demi-finale du gala mettant en vedette Bernard Hopkins, qui doit avoir lieu le 17 décembre prochain, à Los Angeles. Estepehan a-t-il déjà un adversaire en tête?

«On va laisser aller le combat de (samedi) et on vous annoncera quelque chose très rapidement par la suite.

«C’était le scénario que David soit champion du monde pour affronter Alvarez. C’est pourquoi on voulait affronter Saunders en décembre. Maintenant, entre décembre et mai, qui est la date visée pour affronter Alvarez, est-ce qu’on peut? Peut-être.»

Pas un désastre

Certains ont avancé au cours des dernières semaines que EOTTM se dirigeait vers un désastre financier avec ce gala présenté dans un Centre Bell dans une confuiguration de 6000 sièges seulement et sans l’appui d’une chaîne à péage américaine. Il n’en est rien, selon Estephan.

«On est chanceux, on a vendu les droits de retransmission internationale à Warner, qui présentera le gala dans tous les pays d’Amérique latine, a noté le promoteur. C’est un bon ‘deal’ pour nous. On a aussi Punching Grace (punchinggrace.com) — qui nous appartient — et qui va présenter le gala sur internet après une grosse campagne de marketing aux États-Unis et au Kazakhstan, où Batyr (Jukembayev) est bien connu. On a fait un petit gala à Claude-Robillard au cours duquel Batyr s’est battu, et on en a vendu au Kazakhstan. C’est en haute définition et les expériences que nous avons menées dans le passé ont été concluantes.

«C’est certain que c’est pas un événement qui va nous rapporter des millions, mais les ventes aux guichets vont bien, on a la télé internationale, Punching Grace, Indigo, nos commanditaires… Et d’après-moi, ce sera la plus belle sous-carte présentée à Montréal depuis que je suis impliqué dans la boxe. On aurait pu avoir trois finales: Ghislain Maduma-Ricky Sismundo; Steven Butler-Janks Trotter; et Lemieux-Rios.»

Estephan croit d’ailleurs que cette carte fera presque salle comble. Les premiers coups seront échangés dès 18h30.

Aussi dans Sports :

blog comments powered by Disqus