MONACO — Le directeur d’un groupe de travail portant sur l’athlétisme et chargé d’évaluer les efforts de la Russie pour s’attaquer à son problème de dopage généralisé a déclaré qu’il patientera jusqu’en février avant de déterminer si le pays devrait être de nouveau admissible aux compétitions internationales.

La Russie progresse, mais le groupe de travail souhaite retourner à Moscou en janvier, et attend également un rapport la semaine prochaine qui devrait préciser comment les responsables russes ont contourné les contrôles antidopage aux Jeux olympiques de Sotchi en 2014, a indiqué Rune Andersen, un expert antidopage norvégien.

La Fédération russe d’athlétisme (RUSAF) est suspendue depuis novembre 2015, après qu’une enquête de l’Agence mondiale antidopage eut révélé l’étendue du dopage qui la gangrenait ainsi que les stratagèmes de dissimulation. Pour que la suspension soit levée, la Russie doit répondre à une liste détaillée de conditions établie par l’IAAF.

Andersen a mentionné lors d’une rencontre de l’IAAF à Monaco plus tôt cette semaine que «la RUSAF a fait des progrès afin de répondre aux critères de réintégration».

Il a du même souffle laissé entendre qu’il présenterait les conclusions de son enquête à l’IAAF lors de la prochaine rencontre en février — ce qui signifie que la décision de recommander ou non la réintégration des athlètes russes dans les compétitions internationales sanctionnées par l’IAAF sera prise, au plus tôt, à ce moment-là.

Le groupe de travail espère «être capable d’établir une feuille de route et des échéanciers clairs pour la réintégration de la RUSAF» d’ici février, selon Andersen.

Après une année tumultueuse marquée par la crise du dopage russe et les révélations de corruption présumée par son prédécesseur Lamine Diack, le président de l’IAAF, Sebastian Coe, veut donner un coup de barre ce week-end en adoptant une série de changements importants dans la façon dont l’organisation gère les cas de dopage et se gouverne.

«Je ne veux pas que notre sport soit de nouveau entaché par des histoires grotesques, comme celles qui nous ont éclaboussés jusqu’à tout récemment», a dit Coe.

Un comité spécial de l’IAAF votera samedi sur les réformes proposées par Coe.

«C’est un moment déterminant, a-t-il évoqué. Les athlètes qui sont propres doivent savoir que nous sommes avec eux.»

Aussi dans Sports :

blog comments powered by Disqus